•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle mouture pour le marché public de Sainte-Luce

Vue aérienne des cabanes colorées des producteurs, sur un terrain vague à côté de l'église et d'un restaurant de Sainte-Luce.

5 ans après son lancement, le marché public de Sainte-Luce fait peau neuve

Photo : Municipalité de Sainte-Luce

Radio-Canada

Cinq ans après son lancement, c'est la fin du marché public de Sainte-Luce dans sa formule actuelle. Dans un récent communiqué, les membres du tout premier comité organisateur ont annoncé qu'ils ne reprendront pas le flambeau cet été.

Un texte de Laurie Dufresne

Les administrateurs sortants justifient leur décision par des critiques reçues. En effet, la gestion des fonds du comité avait été questionnée l'automne dernier, pendant la période électorale, principalement en ce qui a trait à un montant de 25 000 $ accordé à des organismes de la région.

En réponse à ces allégations, le comité a rendu public vendredi un aperçu de ses dépenses et de ses revenus de location. On y indique qu’un total de 23 930,36 $ a été octroyé à différents organismes régionaux en 5 ans. Pour l’année 2017, les dons se chiffrent à un peu plus de 6500 $.

En conséquence, les principaux investigateurs du marché public ont décidé de mettre fin à leurs activités, et invitent ceux et celles qui pensent faire mieux à aller de l’avant sans le financement de la Municipalité.

Extrait du communiqué de presse

Tourner la page

À peine en poste, la nouvelle mairesse de Sainte-Luce, Maïté Blanchette-Vézina, a été informée du conflit. « On a eu des rencontres avec les gens qui s’occupaient du marché antérieurement. Ils nous ont manifesté qu’ils ne voulaient pas revenir dû à ce qui a circulé dans les médias. »

« On s’est dits que c’est un super beau concept, que c’était important pour la municipalité. On a fait un appel aux citoyens et il y a des gens qui ont répondu. Il y a déjà un comité en place », soutient la mairesse.

Le marché quittera donc l’emplacement près de la Promenade et du restaurant Nipigon. Il se déplacera derrière le bâtiment de la municipalité sur la rue Langlois. Il sera présenté uniquement les dimanches et réunira les producteurs agroalimentaires et les artisans régionaux.

Maïté Blanchette-Vézina est convaincue du bien-fondé de ce vent de changement. « C’est vraiment une corporation distincte de la municipalité avec le mandat de gérer le marché public. Alors peut-être que, dans l’esprit des gens, ça va créer moins d’ambiguïté sur qui gère et où vont les fonds », dit-elle.

J’ai rien à dire sur ce qui s’est fait avant. On va profiter de l’occasion pour faire un post-mortem et voir ce qu’on peut faire de mieux.

Maïté Blanchette-Vézina, mairesse de Sainte-Luce

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale