•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une déréglementation aux États-Unis menace les grues blanches au Canada

 Grues blanches

Grues blanches

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un amoureux de la nature qui a dédié sa vie à la défense des grues blanches sonne l'alarme devant la réinterprétation d'une loi aux États-Unis qui a été rédigée pour protéger les oiseaux migrateurs.

George Archibald, le cofondateur de la Fondation internationale de la grue, met en valeur un avis juridique du département de l’Intérieur publié le 22 décembre 2017.

Cet avis abandonne toute punition contre une compagnie américaine qui tuerait des oiseaux par accident, que ce soit dans un bassin de décantation ou si une grue blanche était prise dans une ligne de haute tension par exemple.

Cette décision risque d’avoir un impact au Canada, explique M. Archibald, car les grues blanches migrent vers le nord chaque printemps au parc national Wood Buffalo qui est situé entre l’Alberta et les Territoires du Nord-Ouest.

Elles vont y faire leur nid et si un accident industriel se produisait aux États-Unis, telle une fuite de produits chimiques, le nombre de grues chuterait dans le monde.

Le respect des règles

Dans un communiqué, l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) rappelle que ses membres sont dans l’obligation de respecter des règles concernant la protection de la faune.

« Être à la pointe en matière d’environnement est critique [pour notre industrie] », écrit dans ce communiqué Sherry Sian, la responsable de l’environnement auprès de l’ACPP qui souligne que les compagnies utilisent certains moyens comme des éclairages clignotants pour éloigner les oiseaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !