•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Granby : la hausse des salaires souhaitée par les élus est contestée

Augmentations salariales contestées.

Augmentations salariales contestées.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À Granby, une pétition circule pour dénoncer une augmentation de salaire que veulent se voter les élus. L'objectif est de rendre le poste de conseiller plus attrayant, mais à 15 % d'augmentation minimum, des citoyens trouvent que c'est exagéré.

Selon une motion déposée le 5 février dernier, le salaire du maire serait augmenté de 15 %, le faisant passer du 8e au 3e rang des maires les mieux payés parmi les villes comparables. Les montants présentés par la Ville de Granby incluent les allocations de dépenses accordées aux élus.

Le salaire du maire augmenterait de 15 % selon une motion déposée le 5 février.

Le salaire du maire augmenterait de 15% selon une motion déposée le 5 février.

Photo : Radio-Canada

Le salaire des conseillers municipaux augmenterait quant à lui de 17,5 %, ce qui les ferait passer de la 8e à la 4e position.

Le salaire des élus augmenterait de 17,5 %.

Le salaire des élus augmenterait de 17,5%.

Photo : Radio-Canada

De tous les élus, seul le conseiller Jean-Luc Nappert s'est opposé à de telles augmentations. Il propose une hausse de 5 %.

« C'est un peu ma conscience [...] morale qui me dit : "Quand on est juge et partie, il faut y aller avec doigté avant de se dire combien on se vote" », explique en entrevue M. Nappert.

Opposition

À 5 % d'augmentation, Jacynthe Deslauriers n'aurait pas bronché. Mais à plus de 15 %, cette résidente de Granby a décidé de lancer une pétition.

Jacynthe Deslauriers.

Jacynthe Deslauriers

Photo : Radio-Canada

« N'importe quel citoyen ne pourrait pas demander 15 % ou des augmentations comme ça », lance-t-elle.

Jacynthe Deslauriers réfute également certains des arguments évoqués par les élus.

« Pour pouvoir être en politique, il faut avoir de la conviction. Ce n'est pas un salaire qui va faire que les gens vont se présenter pour être conseillers, et il ne faut pas oublier non plus que Granby est une ville ouvrière, le salaire moyen est de 34 000 $ », ajoute-t-elle.

Sa pétition a recueilli jusqu'à maintenant plus de 1250 signatures.

« Personnellement, je trouve ça aberrant vu le contexte économique », lance un citoyen interrogé. « S'ils pensent qu'ils le méritent », ajoute une citoyenne.

C'est le 5 mars que les élus voteront sur ce qu'ils qualifient de rattrapage salarial vis-à-vis d'autres municipalités. D'ici là, le maire et les conseillers qui ont voté en faveur de la motion ont refusé nos demandes d'entrevue.

Estrie

Politique municipale