•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réaliser des films en région, une nécessité pour Thomy Laporte

Le court-métrage Marie d'Amérique en tournage à Rimouski

Le court-métrage Marie d'Amérique en tournage à Rimouski

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis cinq jours, une trentaine de professionnels du cinéma et de bénévoles de la région sont à pied d'œuvre pour tourner le court-métrage Marie d'Amérique, du réalisateur Thomy Laporte. Rencontré samedi, celui qui assure aussi la scénarisation et la production du film en a profité pour s'exprimer sur sa vision du cinéma et sur la nécessité de réaliser ses films dans la ville qu'il habite, Rimouski.

Un texte de Laurence Gallant

Une équipe de tournage s'active en ce moment à Rimouski pour la réalisation de Marie d’Amérique, qui met en vedette la comédienne Marie-France Marcotte.

C’est une comédienne solide, qui a une générosité et un professionnalisme complètement renversants, et qui me permet évidemment d’aller plus loin.

Thomy Laporte, cinéaste
Marie-France Marcotte lors du tournage de Marie d'AmériqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-France Marcotte lors du tournage de Marie d'Amérique

Photo : Radio-Canada

Le cinéaste originaire d’Amqui travaille beaucoup avec des plans-séquences, ce qui peut être plus demandant pour les acteurs, sur le plan de la performance.

Pour Thomy Laporte, l’actrice montréalaise amène beaucoup au personnage de Madeleine, qui souffre d’un grand isolement.

« C’est un film sur la fragilité humaine, sur la fragilité de l’âme et sur l’absence de spiritualité dans notre société. Mais c’est aussi un film sur les bienfaits et la nécessité de la communauté, sans laquelle on aura un monde vraiment plus en déclin, je crois », précise Thomy Laporte.

Le cinéaste Thomy Laporte à l'oeuvreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cinéaste Thomy Laporte à l'oeuvre

Photo : Radio-Canada

Autoproduit, le court-métrage Marie d’Amérique est chapeauté par les Productions Par’Ici, associées à l'organisme rimouskois Paraloeil.

Thomy Laporte estime que le cinéma québécois se doit aussi d’être réalisé en région. Il entretient un lien étroit avec Rimouski comme espace créatif.

Pour moi, ça n’aurait pas de sens d’aller faire du cinéma ailleurs.

Thomy Laporte, cinéaste

« Les choses que je cherche à mettre en scène et à raconter émanent véritablement du fait que je suis ici, que j’habite ici », explique-t-il.

Même dans un monde « submergé d’images », Thomy Laporte indique que la vie hors des grands centres, près des réalités plus locales, n’est que trop rarement représentée.

Je demeure convaincu qu’il n’y a pas suffisamment d’images qui nous concernent, qui nous touchent.

Thomy Laporte, cinéaste
Philippe Chaumette et Robin Servant sont de l'équipe de tournageAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Philippe Chaumette et Robin Servant sont de l'équipe de tournage

Photo : Radio-Canada

Il se dit par ailleurs ému de travailler avec une équipe « aussi talentueuse », qui vient en grande partie de la région.

« Je vois ça aller, et je suis complètement ému de voir les gens qui sont là avec leur générosité pour l’idée que j’ai envie de mettre en scène. »

Le court-métrage Marie d'Amérique devrait être présenté en avant-première à Rimouski cet automne.

Le tournage devrait prendre fin dimanche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Cinéma