•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de manifestants réclament la démission du ministre Barrette

Amir Khadir , député solidaire de Mercier
Amir Khadir , député solidaire de Mercier, pendant la marche. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Plusieurs centaines de personnes ont marché samedi vers le bureau du premier ministre Philippe Couillard pour exiger que Gaétan Barrette quitte ses fonctions de ministre de la Santé et des Services sociaux après une entente controversée entre la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et le gouvernement libéral. Québec solidaire, qui a organisé la manifestation, affirme que 1500 personnes y ont pris part.

Le rassemblement qui a débuté à 15 h à la place Émilie-Gamelin pour ensuite se diriger vers les bureaux montréalais de M. Couillard, visait aussi à contester les réformes mises de l'avant par M. Barrette depuis qu'il est entré en poste en 2014.

« Je trouve ça regrettable qu'il ne soit pas parti avant. M. Couillard, là, s'il-vous-plaît, regardez donc ce que les citoyens vous disent depuis longtemps. Il est de trop dans votre ministère », a lancé Marielle Cormier, qui disait manifester d'abord pour sa fille, une omnipraticienne, et non par sympathie pour Québec solidaire.

De son côté, Daïsha Saliba, une étudiante en soins infirmiers, a dit espérer que la manifestation amène une prise de conscience chez le premier ministre Couillard. « Je ne demande pas exactement à ce qu'il soit renvoyé, mais juste de faire cet acte de pression, ça peut lui faire réaliser qu'effectivement, dans la société il y a un problème et qu'il faut qu'il fasse des actions », a-t-elle expliqué, avouant éprouver de la peur à l'idée d'entrer sur le marché du travail dans les conditions actuelles.

Les manifestants, dans une ambiance festive, scandaient des slogans tels que : « Dehors Barrette » et « Solidaires pour la santé, pour une vraie égalité ». Dans une pointe d'humour, ils ont aussi invité le ministre à se « trouver une job dans le Nord », en référence à une blague qu'avait faite l'ancien premier ministre Jean Charest pendant la crise étudiante de 2012.

Les marcheurs ont déposé « une pétition de 54 000 signatures » pour demander à Philippe Couillard de démettre son ministre.

Des dizaines de manifestants dans la ruePlus de 1500 personnes sont sorties dans les rues de Montréal pour réclamer la démission du ministre Barrette, selon Québec solidaire. Photo : Radio-Canada

Crédibilité perdue

Les médecins spécialistes du Québec recevront d'ici le 31 mars une bonification de leur rémunération en vertu de l'entente conclue entre leur fédération et le gouvernement Couillard. La mesure rétroactive est de l'ordre de près d'un demi-milliard de dollars, financée à même les surplus budgétaires. Cette entente, décriée par l’opposition, suscite également un malaise chez certains médecins.

Québec solidaire estime que Gaétan Barrette a perdu toute crédibilité dans le réseau de la santé.

Selon le député solidaire Amir Khadir, les signes du mauvais fonctionnement du réseau de la santé se sont multipliés, ces dernières semaines, et le ministre Barrette doit reconnaître sa responsabilité. M. Khadir croit que les conditions de travail du personnel hospitalier sont inacceptables, tout comme la détérioration de la qualité des soins.

En entrevue à Radio-Canada, M. Khadir a estimé que cette marche devait avoir lieu.

« On peut être gagné par le découragement devant ce qui est décrit par certains, carrément, de détournement de fonds publics effectués par deux médecins spécialistes au profit de leurs amis », a-t-il dit.

Je pense qu’il y a un examen de conscience à faire de la part de la direction [de la FMSQ].

Amir Khadir , député solidaire de Mercier

Les médecins spécialistes gagnent plus de 450 000 $ annuellement et leur rémunération accapare à elle seule 20 % du budget de la santé, en plus d'avoir augmenté de plus de 50 % entre 2008 et 2016, a rappelé le député de Mercier.

« Pendant que toute cette belle clique sabre le champagne, les infirmières, les ambulanciers, les préposé.es aux bénéficiaires, les travailleurs sociaux, tous ceux et toutes celles qui se tuent à la tâche pour offrir des services dignes de ce nom à la population, voient leurs conditions de travail se dégrader constamment », a ajouté le député Khadir.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique