•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’agent Charles-Scott Simard suspendu deux jours

L'agent Charles-Scott Simard accompagné de son avocat Robert DeBlois

L'agent Charles-Scott Simard accompagné de son avocat Robert DeBlois

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le policier de Québec Charles-Scott Simard, qui a blessé une étudiante lors d'une manifestation devant l'Assemblée nationale en mars 2015, écope d'une suspension sans salaire de deux jours pour l'utilisation imprudente de son fusil à irritant chimique.

L’agent du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) avait tiré deux cartouches de Muzzle Blast, des balles de plastique, afin de disperser la foule.

L’un de ses tirs avait atteint la cégépienne Naomie Tremblay-Trudeau. L’étudiante avait été blessée au visage.

« Les ambulanciers ont constaté la présence d’une abrasion avec œdème au niveau de la mâchoire », peut-on lire dans la décision de 10 pages rendue jeudi.

Le Comité de déontologie policière avait déjà conclu en décembre dernier que l’agent n’avait pas utilisé son arme avec prudence et discernement.


Naomie Tremblay-Trudeau a été blessée par le tir d'une bonbonne de gaz lacrymogène du policier Charles-Scott Simard le 26 mars 2015. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'étudiante avait été blessée lors d'une manifestation

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Première utilisation

C’était la première fois que Charles-Scott Simard, qui n’avait aucun antécédent déontologique, utilisait son arme chimique en situation réelle.

Le Commissaire à la déontologie policière demandait une suspension sans solde de sept jours pour l’agent Simard.

De son côté, le Comité estime qu'une telle décision aurait été trop sévère. Il rappelle que Naomie Tremblay-Trudeau n’a pas subi de séquelle à la suite de ses blessures.

Le procureur de l’agent Simard ajoute que le policier a reçu de nombreuses menaces sur les réseaux sociaux.

La décision peut être portée en appel dans les 20 jours suivant la réception du document.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !