•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pesticides « tueurs d'abeilles » ne servent à rien, conclut une étude

Les pesticides néonicotinoïdes agissent sur le système nerveux central des insectes.
Les pesticides néonicotinoïdes agissent sur le système nerveux central des insectes. Photo: Getty Images
Radio-Canada

Alors que le Québec vient tout juste d'encadrer les néonicotinoïdes, sans les interdire, des scientifiques recommandent plutôt de mettre un terme à leur utilisation. Un groupe de recherche international conclut que ces insecticides controversés sont la plupart du temps inutiles et inefficaces, sauf pour détruire l'environnement.

Un texte de Thomas Gerbet

Les « néonics » sont les insecticides les plus vendus dans le monde. Pourtant, après avoir passé en revue 200 études scientifiques menées en Europe, le Groupe de travail sur les pesticides systémiques arrive à la conclusion qu'ils ont « généralement peu d'effets sur le rendement des cultures » et même qu'ils « n'ont plus l'efficacité attendue », parce que les ravageurs développent rapidement une résistance.

Les scientifiques, membres de l'Union internationale pour la conservation de la nature, publieront leurs conclusions lundi, dans la revue Environmental Science and Pollution Research.

Seule une faible partie des pesticides utilisés sert l'objectif de lutter contre les ravageurs. Tout le reste contamine l'environnement.

Groupe de travail sur les pesticides systémiques

Les néonicotinoïdes sont connus pour leur rôle dans le déclin des colonies d'abeilles, mais ils menacent aussi les vers de terre, les oiseaux et les poissons.

Le ministère de l'Environnement du Québec en a retrouvé dans la totalité de ses analyses de cours d'eau agricoles, et les critères de qualité de l'eau étaient dépassés dans 99 % des cas.

Une étude publiée dans la revue scientifique Science, en octobre 2017, avait démontré la présence de ces pesticides dans 86 % des miels en Amérique du Nord.

Les impacts négatifs de ces produits ont été amplement démontrés.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec, le 19 février 2018

Les néonicotinoïdes sont souvent appliqués à l'aide de semences enrobées du produit chimique, et il est devenu difficile pour l'agriculteur d'en trouver non enrobées.

Selon les données du ministère de l'Environnement du Québec, on retrouve ces pesticides sur 100 % des cultures traditionnelles de maïs, de canola et sur plus de la moitié des cultures de soya de la province.

Des études citées par le ministère ont déjà démontré que leur utilisation systématique « n’est généralement pas justifiée ». Plusieurs agriculteurs ont déjà confié à Radio-Canada en utiliser sans avoir toute l'information disponible sur leur bon usage.

« Dans la plupart des cas, dit le Groupe de travail, sans ces insecticides, les populations de ravageurs demeurent sous les seuils susceptibles de causer d'importants dommages économiques. »

On attendait que ces insecticides permettent des rendements et des revenus nets plus élevés, mais ce n'est pas vraiment le cas.

Jean-Marc Bonmatin, vice-président du Groupe de travail sur les pesticides systémiques et chercheur au Centre national de recherche scientifique en France

En France, les insecticides de la famille des néonicotinoïdes seront interdits à partir de septembre 2018, mais des exemptions seront possibles jusqu’en 2020.

Le Groupe de travail sur les pesticides systémiques demande à Ottawa et aux provinces d'emboîter le pas et de les interdire.

Depuis le début des années 90, le gouvernement du Québec a systématiquement échoué à atteindre ses cibles de réduction de l'utilisation des pesticides. La plus récente réforme de l'utilisation de certains produits, annoncée le 19 février, ne contenait pas de cible.

Réactions

À la suite de la publication de cette étude, Équiterre et la Fondation David Suzuki ont lancé une pétition pour réclamer l'interdiction de tous les pesticides néonics. Ces deux groupes écologistes saluent le récent resserrement de la règlementation au Québec, mais dénoncent le « laxisme » du fédéral.

De son côté, le président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek, pense que les conclusions de cette étude sont difficilement applicables au Québec, car le contexte n'est pas le même : « L’Union européenne offre un soutien autrement plus important que ce dont les producteurs bénéficient ici. »

« Le gouvernement du Québec se fait fort d’imposer des restrictions, mais néglige de soutenir les producteurs afin d’en atténuer les effets », souligne Christian Overbeek.

Des solutions de remplacement

Épandage mécanisé de pesticides sur un champ.L'épandage de pesticides en milieu agricole est une pratique courante au Québec. Photo : iStock

L'association qui représente les 11 000 producteurs de grains du Québec s'est inquiétée, la semaine dernière, de l'impact des nouvelles mesures sur la rentabilité de leurs entreprises.

Le Groupe de travail sur les pesticides se penche aussi sur des solutions de rechange. L'étude précise qu'« il existe des méthodes de détection précoces, fiables et peu coûteuses pour évaluer les risques de dommages économiques liés à la présence de ravageurs ».

Exemple en Italie

Des producteurs italiens de maïs gèrent un fonds mutuel permettant un système de compensation des pertes qui couvre presque tous les risques, ont constaté les chercheurs.

« Les primes d'assurance sont bien moins chères que les insecticides », assure le vice-président du Groupe de travail, Jean-Marc Bonmatin. « De fait, les revenus nets des agriculteurs augmentent. C'est une stratégie gagnant-gagnant pour les agriculteurs et l'environnement. »

Un modèle de détection précoce a aussi été mis au point en Italie pour établir quels champs étaient susceptibles de présenter des problèmes liés aux ravageurs. « Ainsi, dans tout le nord-est de l'Italie, 96 % des champs de maïs ne nécessitent aucun traitement », car les dommages sont en dessous du seuil, conclut l'étude.

Protection des écosystèmes

Science