•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chaire UNESCO sur la radicalisation lancée à l'Université de Sherbrooke

Lancement d'une chaire de recherche sur la radicalisation à l'Université de Sherbrooke

Lancement d'une chaire de recherche sur la radicalisation à l'Université de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada / Mélissa Fauteux

Radio-Canada

L'Observatoire sur la prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violent de l'Université de Sherbrooke prend du galon : elle devient une chaire de recherche, toujours sous l'égide de l'UNESCO.

Plusieurs dignitaires et représentants des gouvernements du Canada et du Québec étaient présents, vendredi matin, pour le lancement de cette chaire de recherche appelée UNESCO-PREV. « C’est une retombée concrète de la conférence de l’UNESCO sur la radicalisation que nous avons accueillie en 2016. [...] Je suis persuadée que ces recherches contribueront à notre sécurité, au partage de nos valeurs et au développement de notre société », a énoncé la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre.

C'est le professeur de l'Université de Sherbrooke David Morin qui co-dirigera la chaire en compagnie de représentants de l'UQAM et de l'Université Concordia. Sami Aoun, un autre professeur de l’Université de Sherbrooke agira à titre de directeur du comité scientifique de la chaire.
Sa mission principale est « de développer, de partager et de valoriser la recherche et les actions en matière de prévention primaire, secondaire et tertiaire de la radicalisation et de l’extrémisme violents ».

« Nous avons la volonté d’être très concrets dans nos actions. Nous allons mettre sur pied des programmes innovants en recherche-action, fondés sur les meilleures pratiques. Nous offrirons des formations et des ressources diverses à l’intention des intervenants-clés qui travaillent sur le terrain, en particulier dans les milieux des services sociaux, scolaires et communautaires », a mentionné la professeure de l’UQAM et cotitulaire de la Chaire, Ghayda Hassan.

Plusieurs projets sont déjà en cours de réalisation. « Nous créerons aussi des outils de mobilisation du public destinés à inviter la population à participer à l’élaboration d’un discours visant à contrer les propos haineux et la radicalisation. Nous travaillons déjà sur le projet SOMEONE, destiné aux jeunes, aux établissements scolaires, aux collectivités et, plus largement, au grand public. Il fait appel à des principes de pédagogie sociale qui encouragent le public à adopter des médias numériques rassembleurs en vue de contrer les discours violents véhiculés par les groupes incitant à la haine », a expliqué le professeur de l’Université Concordia et cotitulaire de la Chaire, Vivek Venkatesh

La chaire UNESCO-PREV compte déjà une quarantaine de partenaires au Canada et dans le monde.

C'est en octobre 2016 que le gouvernement du Québec et la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, avaient annoncé le dépôt du projet à l'UNESCO.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

International