•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour sur la carrière politique de François Gendron

René Lévesque et François Gendron lors des débuts de ce dernier en politique provinciale.
René Lévesque et François Gendron lors des débuts de ce dernier en politique provinciale Photo: gracieuseté
Radio-Canada

Le député d'Abitibi-Ouest, François Gendron, a annoncé officiellement samedi qu'il ne se présenterait pas aux élections de l'automne prochain.

Un texte d'Émilie Parent-Bouchard

Il était le doyen de l'Assemblée nationale depuis plusieurs années, et avec presque 42 ans au service des Québécois, il détient toujours le record de longévité de cette institution démocratique.

Ses débuts en politique municipale

François Gendron naît le 3 novembre 1944 à Val-Paradis, au nord de La Sarre. Il grandit à la ferme de ses parents, dont il retient l'importance de la solidarité et du travail acharné, des valeurs qui serviront sa carrière politique.

Il quitte le nid familial pour passer un brevet d'enseignant à l'École normale d'Amos, puis obtenir un diplôme en pédagogie à l'Université Laval, à Québec.

Après quelques années d'enseignement à la Cité étudiante La Polyno et d'animation à la vie étudiante, la commission scolaire l'affecte au projet d'éducation populaire du ministère de l'Éducation Multi-média.

Il y tisse des liens privilégiés avec les citoyens de sa future circonscription, en plus d'apparaître à la télévision pour défendre leurs intérêts.

Communicateur-né, François Gendron fait en parallèle ses premières armes dans l'engagement public : il devient conseiller municipal du canton de La Sarre.

Photo d'une autre époque du député d'Abitibi-Ouest François Gendron.Photo d'une autre époque du député d'Abitibi-Ouest François Gendron Photo : Parti québécois

Le saut en politique provinciale

Il fait le saut en politique provinciale à l'automne 1976, malgré les réticences de sa femme Madeleine Gagnon.

On avait trois enfants et le dernier n'avait même pas trois ans. Il n’y avait pas d’autres candidats; puis ils sont revenus, fin septembre début octobre. Et là, c’était juste pour se présenter pendant la campagne électorale; après ça, il reviendrait à la maison.

Madeleine Gagnon

Le 15 novembre 1976, il entre dans l'histoire avec René Lévesque et le premier gouvernement dirigé par le Parti québécois. À 32 ans, celui que Lévesque appelle « le flot » occupe le poste de whip du gouvernement.

En 1979, François Gendron obtient son premier ministère, celui de la Fonction publique.

François Gendron prend rapidement du galon comme parlementaire. Au fil des ans, il occupe huit autres charges ministérielles, notamment celles de l'Agriculture, des Ressources naturelles et de l'Éducation.

François Gendron sera même chef par intérim du PQ en 2007, le temps que soit élue Pauline Marois à la direction du parti. Des neuf chefs élus par les militants, Gendron retient surtout le passage de ses deux mentors, René Lévesque et Jacques Parizeau.

Ils ont été des guides compétents et fiables. Avec eux, les objectifs étaient clairs, les stratégies pour les atteindre étaient limpides, le peuple se reconnaissait.

François Gendron
Le doyen de l'Assemblée nationale François Gendron.François Gendron quittera la politique en octobre 2018 Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Deux référendums, 11 élections et des milliers d'heures de débats : François Gendron est un témoin privilégié de l'évolution de la société québécoise depuis plus de 40 ans.

Malgré l'adversité, il aura été, tout au long de son engagement politique, fidèle à sa devise.

Chacun et chacune de nous doit poser sa pierre pour faire du Québec un pays.

François Gendron

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale