•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis adoptent de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

Le président américain Donald Trump

Le président américain Donald Trump

Photo : Reuters / Yuri Gripas

Agence France-Presse

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi de nouvelles sanctions visant à isoler encore plus la Corée du Nord, quelques heures après l'arrivée de sa fille Ivanka en Corée du Sud pour la fin des Jeux olympiques.

Ces mesures visent plus de 50 sociétés de transport maritime et navires qui, selon l'exécutif américain, aident Pyongyang à contourner les nombreuses restrictions auxquelles le régime est assujetti.

« Aujourd'hui, nous avons imposé les sanctions les plus lourdes jamais imposées contre un pays », a lancé M. Trump lors de la réunion de la Conservative Political Action Conference (CPAC), grand rendez-vous annuel des conservateurs américains.

L'objectif de ces mesures punitives est de continuer à couper les sources de revenus et de pétrole « que le régime utilise pour financer son programme nucléaire et son armée », a précisé la Maison-Blanche.

Selon le Trésor américain, ces sanctions visent un individu, 27 entités et 28 navires localisés ou enregistrés en Corée du Nord, en Chine, à Singapour, à Taïwan, à Hong Kong, aux Îles Marshall, en Tanzanie, au Panama et aux Comores.

Le secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, a souligné qu'elles concernaient pratiquement tous les navires que la Corée du Nord utilise à ce jour.

« Nous devons rester unis pour empêcher cette dictature brutale de menacer le monde de dévastation nucléaire », a martelé M. Trump lors d'une conférence de presse commune avec le premier ministre australien Malcolm Turnbull.

Et si les sanctions ne fonctionnent pas? « Nous devrons passer à la phase 2, cela pourrait être rude », a répondu le président américain, semblant évoquer l'option militaire. « Mais espérons que les sanctions fonctionnent ».

Le régime de Kim Jong-un est déjà visé par de nombreuses sanctions imposées par Washington et les Nations unies afin de le contraindre à renoncer à ses programmes nucléaires et balistiques.

En 2017, le Conseil de sécurité a imposé à l'unanimité trois séries de sanctions économiques à la Corée du Nord, toutes plus fortes les unes que les autres : le 5 août (fer, charbon, pêche), le 11 septembre (textile, limitation de livraisons de pétrole) et le 22 décembre (produits pétroliers raffinés, notamment).

Il y a quelques mois, M. Trump a accusé la Chine de livrer du pétrole à la Corée du Nord malgré les sanctions, une affirmation catégoriquement rejetée par Pékin.

« Le Trésor s'attaque avec force aux voies illégales utilisées par la Corée du Nord pour échapper aux sanctions », a insisté M. Mnuchin, citant en particulier les livraisons de charbon et de pétrole.

Selon lui, les sanctions visent à rappeler « aux entreprises partout dans le monde que si elles décident d'aider au financement des ambitions nucléaires de la Corée du Nord, elles ne pourront pas faire des affaires avec les États-Unis ».

Ivanka Trump en Corée du Sud

Arrivée vendredi soir à Séoul, Ivanka Trump, très proche de son père dont elle est aussi conseillère, a participé à un dîner à la Maison bleue avec le président sud-coréen, Moon Jae-in.

La Maison-Blanche a précisé qu'elle avait transmis un message personnel au président Moon de la part de son père concernant l'annonce de ces sanctions.

Dans un bref discours, elle a insisté sur « l'amitié » entre Washington et Séoul, mais aussi réaffirmé la détermination des États-Unis à mettre la « pression maximale » sur Pyongyang pour s'assurer que la péninsule coréenne soit dénucléarisée.

Les Jeux olympiques de Pyeongchang ont contribué à une spectaculaire détente sur la péninsule.

Pour la cérémonie d'ouverture, le leader nord-coréen avait dépêché sa soeur Kim Yo Jong, qui se trouvait à quelques rangs seulement du vice-président américain Mike Pence.

Pyongyang enverra dimanche à la cérémonie de clôture des Jeux olympiques une délégation officielle de huit membres emmenée par le général Kim Yong Chol. Mais la Maison-Blanche a affirmé qu'aucune rencontre entre les émissaires américains et nord-coréens n'était à l'ordre du jour.

Politique américaine

International