•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi fait-il si froid à Pyeongchang?

Un enfant la tête couverte d'un capuchon de fourrure et d'une tuque avec la bouche couverte d'un masque blanc assiste à une descente de luge à Pyeongchang, en Corée du Sud.
Un enfant assiste à une descente de luge à Pyeongchang, en Corée du Sud. Photo: Getty Images / AFP/Mohd Rasfan
Radio-Canada

Comme on a pu le constater depuis le début des Jeux olympiques de Pyeongchang, il peut faire très froid dans le nord-est de la Corée du Sud, et ce, même si cette région se situe à environ 38 degrés de latitude, où il devrait faire relativement chaud. Comment expliquer le climat si particulier de cette région du monde?

Une texte de Pascal Yiacouvakis

D’entrée de jeu, il faut savoir que la péninsule coréenne se trouve dans un cadre géographique bien distinct.

La péninsule est bordée à l’ouest par la mer Jaune, au sud par la mer de Chine orientale et, à l’est, par la mer du Japon. L’influence maritime y est donc majeure. Le relief est accidenté et les montagnes les plus hautes se retrouvent dans la partie nord-est, avec de nombreux sommets de 1000 à 1900 mètres d’altitude. Plus au sud, sur l’île de Jeju, le volcan Hallasan est la plus haute montagne de Corée du Sud, culminant à un peu moins de 2000 mètres.

Le nord de la péninsule, où se trouve la Corée du Nord, donne sur la Chine et celle-ci a une frontière commune avec la Russie, la Sibérie et la Mongolie.

Il s’agit donc d’un contexte géographique bien spécifique, qui aura un fort impact climatique.

L’été, les influences maritimes sont très importantes et cette saison est en général chaude, humide et très arrosée, comme la mousson s’amène à partir du sud en s’étalant vers le nord, jusqu'en Corée du Nord. Les températures diurnes dépassent souvent les 30 degrés Celsius et les pluies sont parfois très abondantes. Vers la fin de l’été jusqu’au début de l’automne, des typhons en provenance de la mer de Chine orientale touchent parfois les régions sud et, à l’occasion, le centre-nord de la Corée du Sud, mais très rarement Séoul.

Une dizaine d'enfants, dont l'un portant des lunettes, jouent dans des jets d'eau sortant du sol lors d'une journée de canicule à Séoul, en Corée du Sud.Des enfants jouent dans l'eau lors d'une canicule à Séoul, en Corée du Sud. Photo : Getty Images / AFP/Ed Jones

Du très chaud au très froid

L’automne est, comme dans bon nombre de régions du monde, une période de transition vers du temps plus froid et plus sec.

L’hiver, habituellement, les vents tournent au nord-ouest et au nord, transportant ainsi de l’air froid et plutôt sec provenant de Chine et de Russie, ce qu'on appelle des masses d’air continentales.

Deux femmes marchent sur le trottoir sous un même parapluie pour se protéger de la neige qui tombe sur Séoul, en Corée du Sud.Deux femmes sous la neige à Séoul, en Corée du Sud Photo : Getty Images / AFP/Ed Jones

En saison hivernale, les conditions météorologiques peuvent changer rapidement et les températures plongent parfois sous les -10 voire les -20 degrés Celsius. C’est en hiver que les précipitations sont les moins abondantes en raison de l'air froid et sec. Le nord-est de la Corée du Sud peut toutefois recevoir passablement de la neige, surtout en terrains montagneux.

Les masses d’air froid associées aux vagues de froid proviennent d’aussi loin que la Sibérie alors que l’anticyclone du même nom peut exercer son influence jusqu’au centre de la Corée du Sud. Il arrive parfois qu’il neige jusqu’à l’extrémité sud de la Corée, soit jusqu’à l’île de Jeju.

Au printemps, les deux Corées peuvent subir ce que l’on appelle « les tempêtes de sable jaune », ou asian dust, en anglais. Ces tempêtes transportent à partir de la Chine et de la Mongolie des « poussières » accompagnées de polluants. Le ciel devient alors de couleur jaunâtre et la qualité de l’air se dégrade rapidement.

Vue sur des gratte-ciels de Séoul à travers un smog issu de polluants provenant surtout de Chine, transportés par le vent.Le centre-ville de Séoul sous un smog jaunâtre Photo : Getty Images / AFP/Kim Jae-Hwan

C’est ce contexte si particulier qui fait de la péninsule coréenne une terre de contraste très sensible aux changements de saisons.

Conditions météorologiques

International