•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stationnement à l'aéroport : un employé d’hôtel parcourt 3000 km avec leur voiture

Une Tiguan de Volkswagen.

La Tiguan de Peggy MacDonald et son mari était pratiquement neuve lorsqu'ils l'ont confiée à un employé d'un hôtel de l'aéroport d'Halifax, le printemps dernier.

Photo : CBC/Gary Mansfield

Radio-Canada

Un couple du Cap-Breton a eu la surprise de découvrir que 3000 km s'étaient ajoutés à l'odomètre de son véhicule, le printemps dernier, lorsqu'il l'a récupéré à un hôtel de l'aéroport d'Halifax après une absence de cinq semaines.

Peggy MacDonald et son mari se sont arrêtés à l’hôtel Quality Inn, près de l’aéroport d’Halifax, en mai 2017. Ils avaient l’intention d’y laisser leur Volkswagen Tiguan avant de prendre l’avion à destination de Calgary, pour un voyage de cinq semaines.

Un « charmant jeune homme » dans la jeune vingtaine les a accueillis, raconte Mme MacDonald.

Il a offert de s’occuper de leur véhicule en leur absence. Il a demandé un paiement comptant et leur a remis un papier qui ressemblait à un reçu officiel de l’hôtel.

« Il nous a dit : “Il neige, il fait froid, je vais stationner votre voiture pour vous. Nous devrons peut-être la déplacer de toute manière [en votre absence] pour déneiger.” Je trouvais que c’était extrêmement gentil de sa part », dit Mme MacDonald.

Peggy MacDonald

Peggy MacDonald

Photo : CBC/Gary Mansfield

Il leur a recommandé de le prévenir avant de prendre leur vol de retour pour qu’il puisse préparer leur véhicule.

Avant de lui laisser le véhicule, le mari de Mme MacDonald a eu le réflexe de photographier l’odomètre, où 10 000 km étaient inscrits. Ils avaient acheté le Tiguan trois mois plus tôt.

3000 km et des égratignures

À leur retour, non seulement 3000 km s’étaient ajoutés à l’odomètre, mais le réglage des sièges avait changé, celui de la fréquence radio également, il y avait des articles qui ne leur appartenaient pas sur le siège arrière et le réservoir d’essence était vide.

3000 km s'étaient ajoutés à l'odomètre de la Tiguan au retour du couple.

3000 km s'étaient ajoutés à ml'odomètre de la Tiguan au retour du couple.

Photo : CBC/Gary Mansfield

Ils ont également remarqué des égratignures sur le pare-chocs avant.

Mme MacDonald et son mari sont entrés à l’hôtel pour se plaindre et les employés ont semblé « très surpris ». Le propriétaire de l'établissement, Besim Halef, les a appelés quelques jours plus tard pour leur dire que le jeune homme avait été congédié. Il avait rapidement reconnu les faits lorsqu’il avait été interrogé.

En 15 ans, il ne nous est jamais arrivé rien de semblable, affirme M. Halef. C’est la première et la dernière fois!

Besim Halef, propriétaire de l'hôtel

« Tout le monde était sous le choc et nous avons agi, nous avons congédié l’individu, et nous avons prévenu les autres que nous ne prenons pas les clés des gens, nous ne conduisons pas leur véhicule, nous ne faisons rien de tel », ajoute-t-il.

L’hôtel n’offre pas le service de voiturier; les clients doivent stationner eux-mêmes leur véhicule. Une navette gratuite les transporte ensuite à l’aérogare.

Stationnement de l'hôtel Quality Inn d'Halifax.

Au Quality Inn de l'aéroport d'Halifax, les clients stationnent eux-même leur véhicule.

Photo : Google Streetview

Pas de plainte à la police

Le couple aurait pu déposer une plainte à la police, fait remarquer M. Halef, mais il a choisi de ne pas le faire.

Les MacDonald précisent avoir tout le même prévenu les autorités policières à Halifax pour se protéger, dans l’éventualité où l’employé aurait violé des lois au volant de leur véhicule.

On leur a dit qu’un véhicule qui correspondait peut-être au leur avait été rapporté près de Wolfville. Il roulait à une vitesse excessive.

« Bien franchement, il aurait pu accumuler des dizaines de contraventions pour excès de vitesse et nous aurions été responsables, si nous n’avions pas rapporté l’incident à la police », dit Mme MacDonald.

L’incident, affirme-t-elle, a ébranlé sa confiance naturelle envers les autres. Si elle en parle aujourd’hui, c’est pour que les gens soient prudents lorsqu’ils laissent leur véhicule quelque part pour une longue durée.

D'après un reportage d'Emma Davie, CBC

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers