•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les activités d’Oxfam Grande-Bretagne suspendues en Haïti

Le logo d'Oxfam sur un mur du camp Corail, en Haïti, après le séisme de 2010.

Haïti enquêtera pour déterminer si un ou des employés d'Oxfam avaient agressé sexuellement des mineurs pendant qu'ils étaient en fonction dans le pays après le séisme survenu en 2010.

Photo : Reuters / Andres Martinez Casares

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le gouvernement haïtien a annoncé jeudi la suspension des activités de la branche britannique d'Oxfam pendant deux mois, le temps d'enquêter sur les allégations d'inconduite sexuelle visant certains de ses employés en fonction dans le pays depuis le séisme de 2010.

Le quotidien britannique The Times révélait il y a deux semaines que des employés de l’ONG s'offraient les services de prostituées haïtiennes dans des résidences payées avec de l'aide humanitaire.

Le ministre haïtien de la Planification et de la Coopération externe, Aviol Fleurant, a qualifié ces gestes de « faute grave » et a affirmé que les autorités du pays n’en avaient pas été informées au moment des faits.

« Entre 2010 et 2011, alors que le pays était à genoux après [le séisme], des dirigeants de l'ONG ont été à l'origine d'exploitations sexuelles, d'abus sexuels, avec la participation éventuelle d'enfants, ce que nous considérons comme un crime grave », a-t-il déploré.

Ces faits répréhensibles, réputés crimes, reconnus tant par leurs auteurs que par l'ONG, sont une atteinte grave à la dignité du peuple haïtien.

Extrait du communiqué de presse du ministère haïtien de la Planification et de la Coopération externe

Oxfam Grande-Bretagne est l’une des quatre branches de l'organisation internationale qui oeuvre en Haïti. Comme elle finance 20 % des activités de l’organisation dans ce pays, sa suspension risque d’avoir un « impact important », affirme l’ONG dans un communiqué.

Oxfam-Québec poursuit ses activités en Haïti

Les activités des branches italienne et espagnole de l'ONG se poursuivront, de même que celles d'Oxfam-Québec.

Les allégations d'inconduite qui secouent la branche britannique doivent servir d'« alarme pour tous les Oxfam et [doivent] le devenir pour la société entière », a néanmoins fait valoir jeudi la directrice générale d'Oxfam-Québec, Denise Byrnes, lors d'une entrevue à La Presse canadienne.

Elle a rappelé que l'organisation avait mis en place une ligne d'écoute directe et anonyme dans la foulée des allégations.

Ni les employés ni les fonds d'Oxfam-Québec n'étaient cependant en cause dans les événements, a souligné Mme Byrnes, puisque que la section québécoise de l'ONG avait son propre bureau et ses propres équipes sur le terrain à la suite du séisme.

Oxfam Grande-Bretagne a annoncé mardi qu’elle menait une enquête au sujet de 26 cas présumés d'inconduite sexuelle. Son directeur général, Mark Goldring, s'est une fois de plus excusé pour les dommages que l’organisation a causés.

Le scandale avait mené à la démission de la directrice générale adjointe, Penny Lawrence, qui avait déploré « la conduite d'employés au Tchad et en Haïti ».

Oxfam, présente depuis 1978 en Haïti, avait dépêché des renforts après le séisme destructeur de 2010.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International