•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-Martin Aussant de retour au PQ : « La souveraineté, c'est la cause de ma vie »

Jean-Martin Aussant annonce son retour au PQ aux côtés de Jean-François Lisée

Jean-Martin Aussant aux côtés de Jean-François Lisée

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près de sept ans plus tard, il revient. En conférence de presse à la permanence du Parti québécois à Montréal, Jean-Martin Aussant a confirmé jeudi après-midi son retour au bercail en vue des prochaines élections, entouré du chef du PQ, Jean-François Lisée, et de la vice-cheffe, Véronique Hivon.

« La souveraineté, c’est la cause de ma vie et c’est aussi celle de toutes les femmes et tous les hommes politiques qui m’ont le plus inspiré. Être maître chez nous n’aura jamais de date de péremption », a affirmé M. Aussant pour décrire la raison centrale de son retour en politique.

Il estime cependant que le parti a changé depuis qu'il l'a quitté en 2011.

« J'avais la conviction à l'époque que ce n'était plus le bon véhicule pour servir au mieux possible la souveraineté. Et depuis ce temps-là, le paysage a beaucoup changé, la dynamique a beaucoup changé, les forces en place ont beaucoup changé. Et je suis convaincu aujourd'hui que le Parti québécois est le lieu de rassemblement », a-t-il répondu aux journalistes qui le questionnaient sur sa vision du PQ en 2018.

A-t-il des regrets? « Si les événements d’il y a quelques années se reproduisaient, avec ce que je sais maintenant, peut-être que j’agirais différemment », a-t-il répondu en entrevue à l'émission 24/60.

« D’autre part, Option nationale, [parti] qu’on avait fondé, a permis à des milliers de jeunes de s’initier à la politique et de s’y intéresser, des jeunes qui n’étaient pas impliqués nulle part. Ces milliers de jeunes-là sont encore actifs et sont encore en attente qu'il se passe quelque chose qui les intéresse, et je pense qu’on y est arrivé », a-t-il nuancé.

Trouver la façon de promouvoir l'indépendance

La tâche qu’il aura au sein du parti est à la hauteur de l’attente des militants péquistes. D’ici au prochain scrutin, dont il sera du nombre des candidats, M. Aussant portera les chapeaux de conseiller au chef et à la vice-cheffe de l’opposition officielle sur les sujets concernant la métropole et l’entrepreneuriat. Il aura aussi la tâche, en tant que militant du PQ, de faire la conception et l’organisation de la promotion de l’indépendance.

Au sein d’un éventuel gouvernement du Parti québécois, il serait aussi chargé de commander et de mettre à jour les études sur l’accession du Québec à l’indépendance, à même les fonds publics, dans un premier mandat. Ensuite, dans un deuxième mandat en 2022, une fois la préparation à l'indépendance faite, le PQ proposerait un référendum sur la souveraineté aux Québécois.

« Le Parti québécois est d’ailleurs le seul parti fondé sur l’idée même de faire du Québec un État souverain. Donc, c’était un choix tout naturel pour moi de revenir à ma famille naturelle. »

— Une citation de  Jean-Martin Aussant, en conférence de presse

M. Aussant a d'ailleurs lancé un appel à toutes les forces souverainistes afin de se rallier derrière le PQ. Il soutient qu’aucun parti n’a le monopole de la souveraineté, des idées collectives, de bonnes idées économiques, mais que c’est au Parti québécois qu’il y a « la combinaison idéale » des trois, ce pourquoi il a choisi d’y revenir.

En entrevue cet après-midi à l'émission Le 15-18 sur ICI Première, M. Aussant a affirmé que la commande de nouvelles études sur l'indépendance du Québec faisait partie des conditions de son retour au PQ.

Il a aussi confirmé qu'il se présenterait dans une circonscription près de Montréal, puisque l'une de ses autres conditions concernait la conciliation travail-famille.

D’après les informations de notre correspondant parlementaire Sébastien Bovet, M. Aussant aurait démissionné mercredi de son poste de directeur général du Chantier de l’économie sociale. Son successeur n'a pas encore été choisi, indique le directeur des communications du Chantier.

La carrière politique de Jean-Martin Aussant

  • Élu député du PQ de la circonscription de Nicolet-Yamaska, dans le Centre-du-Québec, en 2008, Jean-Martin Aussant claque la porte du parti en juin 2011 en invoquant la « mollesse » de la formation, alors dirigée par Pauline Marois, sur la question de l'indépendance;
  • Il fonde ensuite Option nationale, dont il demeurera le chef jusqu'en 2013, année où il cède la place à Sol Zanetti, pour retourner à Londres, où il avait déjà exercé le métier d'économiste;
  • M. Aussant revient au Québec en 2015 pour diriger le Chantier de l'économie sociale du Québec;
  • Il participe par la suite à la série de consultations citoyennes « Faut qu'on se parle », en 2016, aux côtés, entre autres, de Gabriel Nadeau-Dubois, devenu depuis député de Québec solidaire.

Québec solidaire n'a pas su convaincre Aussant

Le PQ n'était pas seul à chercher à convaincre Jean-Martin Aussant de revenir en politique. Québec solidaire, maintenant fusionné avec Option nationale, le parti qu'il avait fondé, était également dans la course. Mais sa décision de revenir au PQ n'aura pas d'impact sur les anciens militants d'ON, croit la co-porte-parole de QS, Manon Massé.

« Bien sûr qu’on aurait aimé l’avoir, on a eu des rencontres avec M. Aussant comme on en a en période préélectorale avec beaucoup de personnes. M. Aussant a fait son choix », a-t-elle affirmé.

Pour Mme Massé, les gens qui ont fusionné avec son parti ont compris le véhicule que propose QS et ils savent qu’il ne changera pas de voie. Elle ne croit donc pas que la décision de M. Aussant aura un trop gros impact sur ses nouveaux militants.

« Ce n’est pas Jean-Martin Aussant qui a fusionné avec Québec solidaire. On n’est pas là. Ceci étant dit, M. Aussant fait un retour en politique, rien de surprenant. Il retourne à sa famille politique, rien de surprenant. C’est sa famille naturelle. »

— Une citation de  Manon Massé, députée solidaire de Sainte-Marie-Saint-Jacques

Elle reconnaît cependant que certains voudront peut-être suivre leur ancien chef.

« J’ai beaucoup d’amis à Québec solidaire, que je respecte immensément dans leur militantisme et dans leur façon de voir les choses aussi. Je suis sûr qu’on va se retrouver, un de ces quatre, dans le même véhicule pour faire avancer la souveraineté », a affirmé M. Aussant en entrevue à 24/60.

L'animatrice Anne-Marie Dussault lui a demandé si cela signifiait qu'il allait participer à une nouvelle tentative de rassembler les forces souverainistes. « Le travail sur la convergence devrait être continu, les gens qui pensent que la souveraineté doit advenir devraient travailler ensemble. Dans le système électoral dont on subit les vices en ce moment, il faut se rassembler pour qu’une idée passe, parce que sinon [...] c’est ceux qui sont rassemblés de l’autre bord qui passent », a-t-il répondu.

Le leader parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

Les explications de Sébastien Bovet

Photo : Radio-Canada

Un PQ tout sourire

Jeudi matin, avant l'annonce officielle, plusieurs membres du Parti québécois étaient visiblement heureux de retrouver Jean-Martin Aussant au sein de leur parti politique.

À son arrivée à l’Assemblée nationale, le vétéran péquiste François Gendron n’avait que de bons mots pour M. Aussant, qu’il considère comme « un type déterminé et avec de belles idées ». « Ce n’est pas important que l’ensemble des Québécois le connaisse ou pas. L’important, c’est d’avoir des joueurs de cette qualité-là dans le groupe », a-t-il soutenu lorsqu'il a été interrogé sur l’impact du retour de M. Aussant.

D’après le député du Parti québécois Pascal Bérubé, cet impact est déjà flagrant chez les militants. « C’est vraiment une nouvelle extraordinaire et, chez les militants, l’impact est automatique. C’est une grande nouvelle pour le PQ », a-t-il dit à son entrée au caucus péquiste.

M. Bérubé croit que l’économiste pourra amener plus de gens au parti et il s’est dit heureux du retour de Jean-Martin Aussant pour la « bataille qui commence ».

Les meilleurs mots sont cependant venus d’une ex-députée péquiste, Lisette Lapointe, au micro d’Alain Gravel, sur les ondes d’ICI Première. Pour l’ancienne politicienne, veuve de Jacques Parizeau et proche de M. Aussant, le retour de « l’enfant prodigue » va redonner espoir aux militants.

« J’ai très confiance en Jean-Martin Aussant, il n’irait pas là simplement pour attendre de prendre le pouvoir et administrer un Québec province. »

— Une citation de  Lisette Lapointe, ex-députée du Parti québécois

Elle a par ailleurs avoué que cela faisait déjà plusieurs mois que le futur candidat préparait son retour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !