•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lobby américain des armes dénonce la « politisation honteuse » de la tuerie en Floride

Le compte rendu de notre correspondant Christian Latreille.
Agence France-Presse

Le chef du puissant lobby américain des armes, la National Rifle Association (NRA), a dénoncé jeudi la « politisation honteuse de la tragédie » par les militants anti-armes après la fusillade qui a fait 17 morts la semaine dernière dans une école secondaire de la Floride et qui a ravivé le débat sur les armes aux Etats-Unis.

« Leur but est d'éliminer le second amendement et notre liberté de porter des armes pour qu'ils puissent éradiquer toutes les libertés individuelles », a déclaré Wayne LaPierre, patron de la NRA, en référence au droit constitutionnel à porter des armes.

« La politisation honteuse de la tragédie, c'est une stratégie classique sortie tout droit du manuel d'un mouvement toxique », a-t-il ajouté, taclant tour à tour « le socialisme », les démocrates américains et les médias généralistes.

Il s'exprimait pour la première fois depuis la tuerie de l'école secondaire de Parkland le 14 février, sur l'estrade de la Conservative Political Action Conference (CPAC), un événement annuel réunissant les conservateurs américains près de Washington.

« Les grands médias adorent les tueries à grande échelle »

Avant lui, Dana Loesch, porte-parole très médiatique de la NRA, a dénoncé le manque de réactivité de la police fédérale, qui a notamment raté des signaux d'avertissement, avant de lancer un coup de boutoir contre les médias.

« Beaucoup dans les grands médias adorent les tueries à grande échelle », a scandé la porte-parole en désignant les caméras qui la filmaient. « Vous adorez ça. Je ne dis pas que vous aimez la tragédie, mais je dis que vous aimez l'audience. Des mères blanches en pleurs, c'est de l'audience en or pour vous », a-t-elle poursuivi dans un message qui a rapidement enflammé Twitter.

« Et notez que j'ai dit "des mères blanches en pleurs" parce qu'il y a des milliers de mères noires en deuil à Chicago chaque week-end et on ne voit pas de débat organisé pour elle », a-t-elle ajouté, en allusion à une longue émission organisée la veille sur CNN avec des rescapés de la fusillade de Floride, à laquelle elle a d'ailleurs participé.

À Chicago, troisième ville des États-Unis, 754 personnes ont été tuées par balles en 2016, un record en près de 20 ans.

Armer des enseignants? Trump persiste et signe

Le président américain Donald Trump a martelé jeudi sa conviction que le fait d'armer certains enseignants permettrait de riposter face aux tireurs qui ciblent les écoles et aurait un effet dissuasif sur ces « lâches ».

Dans une rafale matinale de tweets, le locataire de la Maison-Blanche a défendu cette mesure très controversée et catégoriquement rejetée par nombre d'élus du Congrès, démocrates comme républicains.

« Une école "sans armes" attire les méchants », a-t-il lâché, sans oublier de redire son soutien à la National Rifle Association (NRA) qui l'a soutenu sans réserve tout au long de sa campagne.

Après un échange poignant mercredi avec des rescapés de la fusillade qui a fait 17 morts il y a une semaine dans une école secondaire de Floride, M. Trump devait rencontrer jeudi à la Maison-Blanche des élus locaux, parmi lesquels Christine Hunschofsky, maire démocrate de Parkland, ville meurtrie par ce carnage.

« Des enseignants/entraîneurs très bien formés et adeptes des armes résoudraient le problème instantanément avant que la police arrive. GRAND POUVOIR DE DISSUASION! » a-t-il écrit, affirmant que les fusillades duraient en moyenne « trois minutes » et qu'il fallait « cinq à huit minutes » à la police pour se rendre sur les lieux.

Reprenant son argument avancé la veille, il a estimé qu'environ 20 % des enseignants, ceux qui ont « une expérience militaire ou entraînement spécial » pourraient porter une arme de façon dissimulée, ce qui leur permettrait de « riposter immédiatement ».

« Des enseignants bien formés serviraient aussi de dissuasion face aux lâches qui font ça. Beaucoup plus efficace à un coût bien moindre que des vigiles », a-t-il encore dit, évoquant pour la première fois l'argument économique.

S'ils savent qu'une école a un « grand nombre d'enseignants très doués avec les armes [...] les lâches n'iront pas là-bas... problème réglé ».

Armer les enseignants? Une idée « abjecte »

Pour le sénateur démocrate Richard Blumenthal, il s'agit d'une idée « abjecte » et « dangereuse » qui a été rejetée « avec force par l'ensemble de la communauté éducative ».

Lors d'un débat organisé mercredi soir près de Miami par la chaîne CNN, de nombreuses voix se sont élevées pour mettre en garde contre un tel scénario.

Vais-je devoir être formée comme une policière en plus d'éduquer ces enfants? Vais-je devoir porter un gilet en kevlar?

Ashley Kurth, une enseignante de l'école secondaire de Parkland

« Je ne pense pas que les enseignants doivent être armés. Je pense qu'ils doivent enseigner », a de son côté réagi le shérif Scott Israel, qui est intervenu sur le lieu du carnage perpétré il y a une semaine par un jeune homme de 19 ans qui avait acheté légalement son fusil semi-automatique.

Le sénateur républicain Marco Rubio a lui aussi fait entendre sa différence avec le président américain, affirmant être opposé à cette idée.

Dans sa série de tweets, M. Trump a réaffirmé également qu'il était favorable à l'idée de relever de 18 à 21 ans l'âge auquel il est possible d'acheter une arme.

De nombreuses personnes ont souligné que Nikolas Cruz, le tueur de Floride, avait pu acquérir à 18 ans un fusil semi-automatique, alors qu'il faut avoir au moins 21 ans pour acheter de l'alcool aux États-Unis.

La NRA a immédiatement fait savoir son opposition à tout relèvement de l'âge légal pour acheter une arme, en estimant que cela reviendrait à « faire payer à des citoyens respectueux de la loi les actes malfaisants de criminels ».

Les élèves de Stoneman Douglas, qui prévoient un grand rassemblement le 24 mars à Washington, reçoivent chaque jour des encouragements marqués de personnalités de premier plan.

Barack Obama, plutôt discret depuis son départ de la Maison-Blanche, leur a apporté jeudi matin un soutien appuyé. « Quelle inspiration de voir une nouvelle fois tant d'élèves intelligents et courageux se battre pour leur droit à grandir en sécurité », a-t-il écrit sur Twitter. « Nous vous attendions. Et nous vous soutenons », a ajouté l'ancien président démocrate.

Politique américaine

International