•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport de ciment : une limitation qui surprend la Société du chemin de fer de la Gaspésie

La cimenterie Ciment McInnis pourra produire 3,2 millions de tonnes métriques de ciment.

La cimenterie Ciment McInnis à Port-Daniel-Gascons

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a appris mercredi que le ministère des Transports du Québec (MTQ) impose une nouvelle restriction à la cimenterie McInnis de Port-Daniel-Gascons. Le transport de ciment par train se limitera à 10 wagons par semaine entre Matapédia et Caplan, en raison du mauvais état du chemin de fer. Une limite que la Société du chemin de fer de la Gaspésie s'explique mal.

Un texte d'Adrianne Gauvin-Sasseville d'après une entrevue réalisée à l'émission  Au coeur du monde

Ciment McInnis envisageait d'augmenter le transport par voie ferroviaire à 40 wagons par semaine d’ici l’été prochain afin de desservir des clients canadiens et américains. Un volume quatre fois plus élevé que la nouvelle restriction imposée par le gouvernement. Cette limitation représente une importante contrainte pour l'entreprise, bien que 90 % du ciment sera transporté par bateau.

Les élus de la Gaspésie demandent donc au gouvernement d’accélérer la réfection du chemin de fer, prévue pour 2019. Le ministre responsable de la région, Pierre Moreau, explique toutefois qu'en raison « de la fragilité des structures, le ministère doit investiguer davantage ».

Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé, estime qu'une des problématiques est la structure du pont qui traverse la rivière Cascapédia dans la Baie-des-Chaleurs.

Éric DubéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Éric Dubé, maire de New Richmond et préfet de la MRC de Bonaventure

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

« On sait que ce pont-là est problématique depuis plusieurs années. C’est ça qui fait que VIA Rail ne peut pas revenir », précise M. Dubé. « Nos fameux ponts qui nous bloquent sur à peu près tout. On sait que c’est la première étape qui doit être faite. »

Une limitation à 10 wagons par semaine justifiée?

L'état de délabrement du chemin de fer n'est une surprise pour personne. Une incompréhension plane néanmoins sur la restriction établie à 10 wagons par semaine par le gouvernement.

« On savait que ça s'en venait. [...] On essaie de comprendre pourquoi 10 et pas 40. »

— Une citation de  Éric Dubé, président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie

« Moi je ne la comprends pas, c’est sûr que je ne suis pas un ingénieur. Sauf que 10 wagons, ça passe... Faut que le pont se repose la fin de semaine pour qu’il en repasse 10 autres la fin de semaine d’après. »

« Faut arriver avec une solution pour le printemps »

Une firme d’ingénierie a été mandatée par le MTQ afin d'évaluer la capacité portante de la structure des ponts. Par la suite, il sera possible de déterminer l'échéancier et la portée des travaux à effectuer. Est-ce que ce sera suffisant pour terminer les travaux d'ici l'été prochain et atteindre l'objectif de la cimenterie de 40 wagons par semaine?

Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie reste positif. Pour lui, le service devra être disponible lorsque Ciment McInnis voudra desservir les marchés à raison de 40 wagons par semaine. Il soutient qu'il est insensé de ne pas offrir le service aux clients.

Le gouvernement du Québec annonçait 100 millions de dollars d’investissement au mois de mai 2017. Pourtant, seulement 4 millions ont été investis à l'heure actuelle.

« On est toujours en train de se battre d’habitude pour avoir de l’argent. Là on l'a, pis on a de la misère à l’investir. »

— Une citation de  Éric Dubé, président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie

« On veut faire du développement économique, on veut que la région se développe. Là on est pris en otage par une bureaucratie administrative qui fait qu’il y a des délais. »

M. Dubé espère une rencontre avec le comité qui chapeaute l'ensemble de l'investissement d'ici le mois de mars prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !