•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cathédrale de Rimouski : le projet de lieu de culte à nouveau présenté

Vue de l'intérieure de la cathédrale
La nef de la cathédrale de Rimouski vue depuis le sommet du choeur Photo: Radio-Canada / Denis Castonguay
Radio-Canada

Le regroupement diocésain pour la sauvegarde de la Cathédrale de Rimouski a une fois de plus présenté son projet pour faire du bâtiment patrimonial un lieu de culte et de culture mercredi soir. Son président, Jacques Landry, espère ainsi convaincre les nouveaux marguilliers d'agir dans le dossier.

Un texte d’Édith Drouin

Au cours des dernières années, le groupe a fait paraître une publicité dans le journal local pour faire connaître le projet et a fait imprimer des dépliants. Ces démarches n’ont toutefois pas eu l’effet escompté, selon Jacques Landry. Il espère mettre un « point final » à cette aventure grâce à la présentation audiovisuelle qu'il a présentée mercredi.

Il souhaite également mettre les pendules à l’heure et préciser qu’il ne veut pas faire de la cathédrale uniquement un lieu de culte.

Je suis un peu tanné d’entendre dire depuis deux ans :  “ah, eux autres, ils veulent juste de la culture”. Ce n’est pas vrai.

Jacques Landry, président du Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la Cathédrale de Rimouski

Le regroupement veut que la cathédrale demeure la propriété de la Fabrique Saint-Germain, mais qu’elle soit aussi le théâtre de diverses activités culturelles.

Il est notamment question de spectacles de musique classique, d’orgue et de chorales ainsi que de présentations audiovisuelles sur la façade de la cathédrale par exemple.

Des visites du sous-sol et des catacombes de l’église, une application pour faire une visite virtuelle, un petit magasin et une salle des lampions sont aussi évoqués.

Pas un problème d’argent

Toutes ces activités permettraient d'assurer la pérennité de la cathédrale, selon Jacques Landry.

Quant à l’argent pour rénover le bâtiment, le président du regroupement indique que ce n’est pas un problème. Il indique qu’il avait pu facilement trouver, à une étape ultérieure du projet, deux hommes d’affaires qui étaient prêts à donner 1,3 million de dollars pour la réparation de l’édifice.

La cathédrale Saint-Germain à RimouskiLa cathédrale Saint-Germain à Rimouski Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Le problème, selon lui, demeure le désengagement de l’archevêché. Il espère que les nouveaux marguilliers auront une vision différente de l’avenir de la cathédrale et qu'il pourra les rencontrer formellement pour faire avancer le projet.

Le projet lancé par le groupe autrefois nommé comité Cathédrale 2016 a été évalué à sept millions de dollars en 2016. La Fabrique Saint-Germain l’avait rejeté parce qu’elle estimait qu’il risquait de plonger la Fabrique « dans un gouffre financier sans fond. »

Tous d’accord pour préserver la cathédrale

Comme l’a confirmé un sondage de la firme Léger dans le cadre des consultations sur l'avenir de la cathédrale en juin, les Rimouskois s’entendent sur le fait qu’il est important de préserver la cathédrale.

C’est d’ailleurs ce qui est le plus important pour le maire, Marc Parent, qui a assisté à la présentation et aux échanges du regroupement. Il a précisé que la Ville ne favorisait pas une vocation particulière pour la cathédrale.

À tout moment qu’il y aura une organisation, peu importe le groupe, qui aura un projet viable, nous, à la Ville, on va toujours être là pour les écouter.

Marc Parent, maire de Rimouski

La discussion qui s’est déroulée à la suite de la présentation a toutefois mis en lumière, une fois de plus, les désaccords qui existent sur la vocation de la cathédrale.

Des citoyens ont souligné l’importance de préserver la vocation historique de culte du bâtiment, alors que d’autres ont fait valoir qu’une utilisation entièrement culturelle ou communautaire conviendrait mieux à la réalité de l’époque.

Bas-Saint-Laurent

Société