•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de clinique pédiatrique déraille pour une question de stationnement

La clinique pédiatrique doit s'installer dans la zone jaune de la carte, à l'angle des rues Rachel et Montgomery, dans l'est du Plateau-Mont-Royal. L'actuelle clinique médicale est en rouge.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un projet de clinique pédiatrique prévu à l'extrémité est du Plateau-Mont-Royal, dans le secteur des anciennes usines Angus, est au point mort après que l'administration de l'arrondissement eut opposé une fin de non-recevoir aux plans d'un stationnement souterrain dépassant largement les limites permises.

La clinique en question, qui devait s'ajouter aux bâtiments existants de la Clinique médicale Angus, au coin des rues Rachel et Montgomery, visait à réunir sous un même toit une vingtaine de pédiatres, ainsi que d'autres spécialistes, pour offrir des soins aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

Ce qui cloche, aux yeux de l'administration du Plateau-Mont-Royal, c'est que ce projet d'agrandissement de la Clinique médicale Angus dépasse, et de loin, les normes en matière de calcul du nombre de places de stationnement permises.

Selon l'arrondissement, le Règlement d'urbanisme autorise une case de stationnement par 200 mètres carrés de superficie; le nouveau bâtiment, à la superficie projetée de 2900 mètres carrés, aurait donc droit à une quinzaine de places.

Or, les promoteurs du projet souhaitaient plutôt faire construire un stationnement souterrain de 4300 mètres carrés qui aurait permis d'accueillir 124 véhicules, soit un nombre pratiquement 10 fois supérieur à la norme de l'arrondissement.

Pire encore, nous indique-t-on dans un courriel transmis par l'arrondissement, ce nombre de places souhaitées correspond « au double de tous les espaces de stationnement autorisés pour l'ensemble des projets dans l'arrondissement depuis 2014 ».

Un espace justifié

Pour Marc de Bellefeuille, directeur général de la Clinique médicale Angus, ce refus du projet est tout simplement « dogmatique ».

Selon lui, les besoins spécifiques de la clientèle justifient le nombre de places de stationnement réclamées. « Ce sont des enfants malades, des enfants fiévreux, qui peuvent être malades dans l'autobus, et on leur demande justement de prendre l'autobus pour venir ici », déplore-t-il, parlant d'une situation « incompatible ».

M. de Bellefeuille prend également exemple sur le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, qui compte « quatre étages de stationnements » offrant quelque 1200 places.

À l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, on soutient que le nombre de places de stationnement exigées n'est que l'un des problèmes qui pèsent sur le projet de clinique pédiatrique.

Superficie inférieure à celle qui est souhaitée pour le secteur; places de stationnement déjà trop nombreuses, selon les normes, pour la clinique médicale existante; architecture pas assez audacieuse pour le secteur... L'administration estime que « beaucoup de travail reste à faire pour proposer une densité, une implantation et une architecture mieux adaptées à la vision d'aménagement du secteur ».

On se dit toutefois prêts à « accompagner et conseiller le promoteur pour l’amener à présenter un projet d'une plus grande qualité et plus près de nos orientations de développement ».

Au passage, on dénonce aussi une certaine rigidité de la part des responsables du projet de clinique pédiatrique.

Réagissant par voie de communiqué au refus du projet dans sa forme actuelle, l'Association des cliniques médicales du Québec ne fait aucunement mention de la possibilité d'amender les plans déjà soumis.

Il y est plutôt écrit que l'administration du Plateau-Mont-Royal fait preuve d'une « incompréhension des particularités du projet et des besoins spécifiques de la clientèle à desservir ».

Lorsqu’on parle d’accès à des services médicaux, il faut être réaliste et s’adapter quelque peu, il me semble.

Marc de Bellefeuille, directeur général de la Clinique médicale Angus

Le secteur de l'est du Plateau-Mont-Royal, mais aussi l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, ainsi que la majorité de l'est de la ville de Montréal sont aux prises avec des besoins « importants » en matière de soins pédiatriques, reconnaît le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, installé dans l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Avec les informations d'Anne-Louise Despatie

Hôpitaux

Santé