•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ambulanciers lancent une campagne-choc

Une ambulance, phares allumés, tourne sur un coin de rue

Une ambulance

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les ambulanciers lancent une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux pour réclamer la fin des horaires de factions dans toutes les régions du Québec et dénoncer le manque d'ambulances dans certaines régions.

Un texte d’Édith Drouin

Les différentes vidéos publiées par la Fédération des employés du préhospitalier du Québec sur Facebook et Twitter tentent de démontrer les effets néfastes de ces horaires. Elles sont accompagnées du mot-clic #ÀCauseDeBarrette.

Cette vidéo publiée par Jérémie Landry, président de la fraternité des paramédics de la Mitis et de Rimouski-Neigette, aborde la réalité des ambulanciers de Mont-Joli.

Les horaires de factions obligent les ambulanciers à être disponibles 24 h / 24 pendant 7 jours consécutifs. Quand l’appel d’urgence est reçu, les ambulanciers doivent partir de la maison pour se rendre au travail.

Une réalité qui, selon Jérémie Landry, provoque des délais de réponse d’un minimum de huit minutes.

Les paramédics sont épuisés, sont tannés et ce n'est pas juste question de leur santé, de leur travail, mais du service à la population qui n’est pas rendu dans ce cas-là.

Jérémie Landry, président de la fraternité des paramédics de la Mitis et de Rimouski-Neigette

Les ambulanciers réclament des horaires à l’heure. Jérémie Landry affirme que la région reçoit un nombre d’appels assez important pour justifier ce changement.

Le ministère de la Santé a mis fin à l'horaire de faction dans certaines villes du Québec récemment, dont Sept-Îles et Baie-Comeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Santé