•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrick Brown pourra se présenter à sa propre succession

Patrick Brown, souriant.

Patrick Brown a démissionné de son poste de chef des conservateurs ontariens pour ensuite se présenter à sa propre succession.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Le Parti progressiste-conservateur de l'Ontario a approuvé la candidature de Patrick Brown à sa propre succession à la chefferie du parti, mercredi en soirée.

Patrick Brown était le chef du parti jusqu’au 24 janvier dernier, jour où il a remis sa démission. Celle-ci faisait suite à la publication d’un reportage de CTV News dans lequel deux femmes l’accusaient d’inconduite sexuelle.

M. Brown a par la suite promis de se défendre face à ces accusations.

Dernièrement, une des deux femmes à la source des accusations a modifié sa version de l’histoire; puis, M. Brown a affirmé songer à poursuivre CTV News. De plus, M. Brown avait affirmé avoir été forcé de démissionner, ce qu'un enregistrement audio semble contredire.

Entre-temps, le Parti conservateur ontarien a déclenché une course à la chefferie pour le remplacer. Doug Ford (le frère du défunt maire de Toronto, Rob), Caroline Mulroney (la fille de l'ancien premier ministre Brian Mulroney), Christine Elliott et Tanya Granic Allen ont affirmé leur désir de devenir chef.

Le parti a d'ailleurs approuvé les candidatures de M. Ford, de Mme Elliott et de Mme Granic Allen en même temps que celle de M. Brown, mercredi. Celle de Mme Mulroney a déjà passé cette étape.

Le parti lui-même s'entre-déchire. Vendredi, le chef intérimaire du parti, Vic Fedeli, a expulsé M. Brown du caucus. Mardi, le député Randy Hillier a accusé Patrick Brown de faire « de la politique sale et croche » et a déposé une plainte au commissaire à l'intégrité au sujet de l'ancien chef. Le jour même, Doug Ford a déclaré que des politiciens du Parti conservateur ontarien essayaient « de capitaliser politiquement aux dépens du peuple ». Dans la foulée, le chef intérimaire Vic Fedeli a décidé de ne pas se présenter à la chefferie permanente, parce qu'il désire se concentrer à « enlever la pourriture au sein du parti ».

Des réactions au sein du parti

Garfield Dunlop, un conseiller et proche allié de M. Brown qui a été renvoyé dans la foulée de la démission de l'ancien chef, avait accusé M. Fedeli de n'être qu'une simple marionnette, mardi dernier. M. Dunlop a déclaré mercredi soir être « ravi de voir que le comité des nominations ne s'est pas laissée prendre par tout le cirque qui entoure M. Brown. »

La campagne de Christine Elliott a rapidement émis un communiqué après l'annonce. Elle affirme être la seule candidate à pouvoir diriger le parti. Mme Elliott est citée comme suit dans le communiqué : « Je reste la seul candidate dans cette course qui peut unir nos membres et qui a l'expérience nécessaire pour gagner les prochaines élections. Maintenant, plus que jamais, mon objectif est de gagner cette course au leadership afin que nous puissions vaincre Kathleen Wynne et apporter des changements pour les citoyens ontariens ».

De son côté, Todd Smith, député conservateur qui soutient Christine Elliott, dit que Patrick Brown est le bienvenu dans la course. Il croit qu'au bout du compte, il faudra se rallier au nouveau chef, qui qu'il soit, dans le but de défaire Kathleen Wynne le 7 juin.

Sam Oosterhoff, lui aussi député conservateur qui soutient Mme Elliott, affirme ne rien avoir contre l'idée de voir M. Brown dans la course, mais rappelle qu'il « devra répondre à plusieurs questions dans les prochains jours ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique