•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Itinérance : l'administration Plante augmente le financement de La rue des femmes

Plan rapproché de Valérie Plante.

La mairesse Valérie Plante a demandé à son administration de préciser le portrait de l'itinérance dans la métropole.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Montréal bonifie de 15 000 $ le financement annuel de La rue des femmes, un organisme qui offre un toit, des repas, un centre de jour et un programme de réinsertion sociale aux femmes sans abri ou à risque de l'être.

Le financement de La rue des femmes est ainsi porté à près de 118 000 $ par année.

La mairesse Valérie Plante a dit mercredi constater « à quel point l'organisme La rue des femmes est sollicité, sachant qu'il accueille des femmes très vulnérables qui, bien souvent, ne peuvent ou ne veulent aller ailleurs ».

La clientèle des femmes sans abri nécessite une approche souple et adaptée que peu d'organismes sont en mesure d'offrir.

Ces femmes vulnérables risquent de vivre de la violence ou de l'exploitation dans la rue. L'accès aux mesures d'aide ne se vit pas de la même manière non plus pour les femmes.

Rosannie Filato, responsable du développement social et communautaire et de l'itinérance au comité exécutif

Les femmes composeraient près du quart de la population itinérante visible de la métropole, mais elles sont souvent plus susceptibles de vouloir cacher leur situation. L’administration entend réaliser dans les prochains mois un portrait plus précis des services et des besoins en matière d'hébergement d'urgence à Montréal.

Profil d'une femme emmitouflée dans ses vêtements et assise dans un escalier.

Très vulnérables, les femmes sans-abris requièrent un encadrement plus flexible.

Photo : iStock

Des lits supplémentaires

« L'aide financière additionnelle permettra de soutenir La rue des femmes jusqu'à la fin de l'hiver et de prolonger l'ouverture des 10 lits supplémentaires offerts dans le cadre du Plan régional des mesures hivernales », a expliqué Mme Plante. L’organisme dispose en temps normal de 25 lits destinés à l'hébergement d'urgence.

« Des dizaines de femmes extrêmement vulnérables continueront d'y trouver sécurité, repos et bienveillance », a noté Mme Plante.

« Cette contribution rappelle que l'itinérance chez les femmes requiert des ressources appropriées à longueur d'année », a déclaré Léonie Couture, fondatrice et directrice générale de La rue des femmes, en remerciant la mairesse Plante.

C'est un premier geste pour répondre à des besoins qui restent énormes. Aussi, poursuivrons-nous notre travail de collaboration avec nos partenaires afin d'élargir, de bonifier et d'adapter l'offre de service auprès des femmes.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Grand Montréal

Politique municipale