•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diagnostic de cancer : soigner au-delà de la maladie

Au Canada, une personne sur deux devrait faire face au cancer au cours de sa vie.

Au Canada, une personne sur deux devrait faire face au cancer au cours de sa vie.

Photo : iStock / Ridofranz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Soutenir les patients atteints de cancer au-delà du traitement et dès le diagnostic de la maladie. C'est le projet qu'a développé le Groupe de médecine de famille (GMF) des Myrtilles du Lac à Roberval depuis quelques années et qui sera étendu à toute la région.

Un diagnostic de cancer bouleverse des vies. Celle de la personne qui le reçoit, mais aussi celles des proches.

Le réseau de la santé se limite souvent à traiter la maladie, laissant les patients seuls avec les problèmes, les angoisses et toutes les questions laissées parfois sans réponse.

C'est pour tenter d'améliorer les choses que le GMF les Myrtilles du Lac a mis au point des soins d'accompagnement, appelé aussi introduction précoce de soins palliatifs, qui se mettent en marche dès le diagnostic.

Les infirmières, ce qu’elles vont faire en GMF, c’est qu’elles vont donner du soutien tout au long du continuum de la maladie du patient.

Sylvie Massé directrice des soins infirmiers au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La formation est offerte aux 42 infirmières qui travaillent dans les 13 GMF de la région.

Le projet, élaboré à Roberval, a déjà remporté un prix à Toronto en juin dernier et intéresse même le réseau de santé de la Nouvelle-Écosse.

Soins d'accompagnement

Concrètement, cette initiative peut aider un homme qui doit subir une chimiothérapie loin de chez lui, à s'occuper de son épouse atteinte d'Alzheimer, ou rassurer une patiente qui attend depuis un mois le téléphone confirmant la date de son intervention chirurgicale.

Des éléments qui semblent aller de soi, mais qui nécessitent une prise de conscience.

« On a été formé à être des experts de la maladie, puis on a tendance à dire qu’est-ce qui est bien de faire? », rappelle Isabelle Boulianne, adjointe aux affaires universitaires au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

On part vraiment du besoin du patient. C’est lui qui nous dit ce qu’il veut, puis c’est quoi son projet de vie.

Isabelle Boulianne, adjointe aux affaires universitaires au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La Fondation de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec a octroyé une subvention de 225 000 $ au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean sur deux ans pour la réalisation de ce projet qui est appuyé par des chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi et de l’Université de Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !