•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiantes en pratique sage-femme exigent des stages rémunérés

Des étudiantes tiennent une banderole où on peut lire « stagiaires solidaires ».
Des étudiantes en pratique sage-femme ont pris la rue à Trois-Rivières pour demander des stages rémunérés. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Une trentaine d'étudiantes au baccalauréat en pratique sage-femme ont manifesté mardi pour réclamer des stages rémunérés. Elles considèrent que les exigences reliées à leurs études engendrent un lourd fardeau financier.

Les étudiantes ont marché de leur auberge autogérée, située rue Papineau à Trois-Rivières, jusqu'au campus de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

En tout, les étudiantes du programme ont sept stages à effectuer, et ce dans au moins deux régions du Québec, ce qui engendre des frais supplémentaires.

« On est obligées d’avoir une voiture pour notre stage, on est obligées d’avoir un ordi pour faire les cours à distance, on est obligées d’avoir un cellulaire pour que les gens puissent nous rejoindre pendant qu’on est en stage », énumère Magali Letarte, étudiante du programme de pratique sage-femme.

Il n’y a aucune autre profession du domaine de la santé qui requiert d’avoir tout cet équipement-là. Et on n’a aucun argent pour ça non plus.

Magali Letarte, étudiante du programme de pratique sage-femme

Comme elles sont de garde pendant une grande partie de leurs études, les étudiantes soulignent qu’elles ne peuvent pas avoir un travail étudiant.

Elles réclament également que le programme de prêts et bourses soit ajusté à leur situation particulière.

Mauricie et Centre du Québec

Éducation