•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de parc éolien Apuiat fait du sur place

Une éolienne

Une éolienne

Photo : Innergex

Radio-Canada

Le projet de parc éolien de 200 mégawatts au nord de Port-Cartier fait du sur place, près de 2 ans après l'entente entre la nation innue et le gouvernement du Québec. Faute de contrat d'électricité avec Hydro-Québec, la mise en service du projet prévue en 2018 doit être retardée jusqu'à une date indéterminée.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Le président du conseil d’administration de la Société en commandite Apuiat et directeur du développement économique du Conseil de la Première nation des Innus Essipit, Marc Genest, qualifie ce délai de « hors-norme ». Il souligne qu'« il y a un consensus derrière le projet, les devoirs au niveau techniques ont été faits, l'attribution du bloc d'électricité à la nation innue a déjà été confirmée ».

On ne comprend toujours pas pourquoi ce n'est pas plus rapide que ça.

Marc Genest, directeur du développement économique du Conseil de la Première Nation des Innus Essipit

Le directeur du développement et des acquisitions chez Boralex, Rafael Bourrellis, garde bon espoir de voir le projet débloquer cette année.

On espère que ça se conclut dans les jours ou semaines qui viennent. On est impatient d'annoncer une bonne nouvelle à la communauté.

Rafael Bourrellis, directeur du développement et des acquisitions chez Boralex

Invité à commenter, un porte-parole d'Hydro-Québec s'est limité à dire que les discussions se poursuivent et que la société d'État n'avait aucun échéancier à annoncer.

Le projet, évalué à 600 millions de dollars, créerait 400 emplois durant la phase de construction et entre 10 et 15 emplois pendant la mise en service.

Côte-Nord

Énergies renouvelables