•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pesticides : une réforme avec un gros problème de gouvernance

Épandage mécanisé de pesticides sur un champ
L'épandage de pesticides en milieu agricole est une pratique courante au Québec. Photo: iStock
Radio-Canada

ANALYSE - Ce n'est pas la compétence des agronomes qui est remise en question, mais le choix du gouvernement Couillard de leur confier un rôle névralgique dans l'encadrement des pesticides alors que des conflits d'intérêts sont possibles. Si pour la santé des abeilles, des cours d'eau et des humains, le resserrement des règles entourant l'utilisation des pesticides représente une avancée, de sérieuses questions se posent sur le modèle d'encadrement choisi par Québec.

Un texte de Gérald Fillion

Disons les choses simplement : nous sommes très en retard dans notre analyse des pesticides au Québec. Pendant que l’Europe légifère, restreint et interdit l’utilisation de certains pesticides, dont plusieurs néonicotinoïdes, le Québec avance lentement sur ces terres de maïs et de soja, alimentées de pesticides et d’herbicides depuis nombre d’années.

Les producteurs ont de bonnes raisons d’employer ces produits pour éviter de perdre des récoltes. Mais, au nom de la santé publique et d’autres intérêts économiques, notamment ceux des apiculteurs, le gouvernement a aussi de bonnes raisons d’apporter un cadre à l’utilisation des pesticides.

Ainsi, la nouvelle politique du gouvernement du Québec prévoit qu’à partir de maintenant, les producteurs devront obtenir un diagnostic et une prescription d’un agronome reconnu pour avoir le droit d’acheter certains produits. L’objectif, c’est de s’assurer que certains pesticides seront utilisés quand c’est vraiment nécessaire, quand c’est justifié.

Le problème, c’est que plusieurs agronomes ont des ententes avec des entreprises productrices de pesticides. Plusieurs vendent de ces produits, ce qui nous oblige à poser une question simple, de base et surtout d’intérêt public : comment allons-nous nous assurer que le jugement de certains agronomes, au moment de poser un diagnostic, ne sera pas altéré par leur intérêt à vendre certains produits?

Je sais que certains agronomes sont choqués par une telle question. Mais elle est fondamentale. Même si les agronomes sont compétents et même si les producteurs pourront toujours acheter leurs produits où ils le veulent, il y aura un possible conflit d’intérêts et certainement une apparence de conflit d’intérêts. Est-ce acceptable?

La ministre admet qu'il y a un problème d'indépendance

Je dois vous dire que j’aurais aimé pouvoir interroger la ministre de l’Environnement Isabelle Melançon à RDI économie lundi soir sur cet aspect de sa politique. Généralement, les ministres sont disponibles lorsqu’ils font des annonces importantes. Or, en raison d’un conflit d’horaire, nous a-t-on dit, elle ne pouvait pas nous accorder d’entrevue.

Elle a accepté, toutefois, la demande du 98,5 FM mardi matin. Quand Paul Arcand lui a demandé si les agronomes qui vont signer les ordonnances seront tous indépendants ou si certains seront encore associés à des entreprises et vont encore vendre des pesticides, la ministre a répondu : « Il y a des deux, Monsieur Arcand. »

« Ça ne vous inquiète pas? » lui a demandé l’animateur. « Oui. Oui, ça m’inquiète, a répondu Isabelle Melançon. Et c’est exactement pour ça qu’on a mis en place un protocole d’entente actuellement avec l’Ordre des agronomes. Moi, quand j’ai appris ça, parce que je ne savais pas que ça fonctionnait ainsi, lorsque j’ai appris comment ça fonctionnait, nous, on a décidé de mettre en place une entente. Une entente dans laquelle on vient encadrer, bien sûr, le développement de la formation parce qu’on veut avoir de nouveaux agronomes qui, eux, pourront être indépendants. »

Il y a environ 150 agronomes qui sont visés par la politique du gouvernement. « Là-dessus, a ajouté la ministre, il y en aurait plus que la moitié qui ne seraient pas tout à fait indépendants. »

Inquiétudes réelles

Permettez-moi cette expression, mais le gouvernement ne met-il pas la charrue devant les boeufs? Pourquoi ne pas développer une filière d’agronomes totalement indépendants, qui pourraient être rattachés à l’État, et qui auraient pour mandat de poser des diagnostics et d’émettre des ordonnances, sans jamais avoir un autre intérêt potentiel?

Comme l’explique la Fondation David Suzuki, qui appuie l’intervention du gouvernement du Québec dans le dossier des pesticides, les dangers sont réels. Des traces de pesticides se retrouvent sur nos aliments, sur 41 % des fruits et des légumes analysés par le ministère de l'Agriculture du Québec de 2007 à 2011. Et c'est 69 % des puits qui se trouvent près de zones de culture qui ont montré des traces de pesticides.

De plus, dans 48 % des cours d'eau qui ont été analysés dans les milieux agricoles du Québec, on a détecté de 20 à 33 pesticides différents. Les populations d’abeilles, essentielles pour la pollinisation et la reproduction des espèces, ne cessent de décliner. Cette industrie est évaluée à 166 millions de dollars au Québec et à plus de 2 milliards pour l'ensemble du pays.

Donc, certains diront qu’il était temps que le gouvernement intervienne. Mais pourquoi ne pas le faire avec des personnes compétentes – les agronomes certainement – mais totalement indépendantes? N’est-ce pas un minimum en matière de gouvernance?

Économie