•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Greg Selinger démissionne de son poste de député

un homme vête d'un habit avec cravate, assis à une table, il a deux micros devant lui et on voit en arrière-plan des drapeaux de la province du Manitoba.
Greg Selinger, ici à l'époque où il était premier ministre du Manitoba, a annoncé ce matin sa démission en tant que député de Saint-Boniface, dans la foulée des dénonciations pour harcèlement sexuel visant l'ancien ministre Stan Struthers. Photo: Radio-Canada / JOHN WOODS

Le député et ancien premier ministre Greg Selinger annonce sa démission de l'Assemblée législative du Manitoba. Elle entrera en vigueur le 7 mars.

Cette démission s’inscrit dans la foulée d’allégations de harcèlement sexuel portées au cours des dernières semaines contre l’ancien député et ministre Stan Struthers, qui était en poste alors que Greg Selinger était premier ministre.

Le député néo-démocrate a rencontré les médias la semaine dernière pour s’excuser auprès des femmes qui avaient dénoncé publiquement le comportement de Stan Struthers.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Wab Kinew, avait alors demandé à l'ancien premier ministre de démissionner. Près d'une semaine plus tôt, le 8 février, Wab Kinew avait annoncé la mise sur pied d’une commission du parti sur l'inconduite sexuelle en milieu de travail.

Aller de l’avant

Greg Selinger confirme avoir rencontré mardi matin l’association néo-démocrate de sa circonscription et avoir parlé avec Wab Kinew.

« Nous avons eu une brève conversation ce matin, une conversation positive. Nous sommes tous les deux d’accord que la commission est importante pour le parti. Il faut trouver des façons d’améliorer les choses », explique Greg Selinger, qui indique ne pas avoir été sommé de partir.

Le député admet qu’il y a eu des pressions pour favoriser son départ, comme, dit-il, il y a eu des pressions pour l'empêcher de partir. « Ne nous racontons pas d’histoires, dit-il, rien de tout ceci n’est facile. Il n’y a pas de formule [en politique] et tout n’est pas rose. Il faut trouver comment progresser au travers de tout ça. »

Mon objectif est de faciliter [les prochaines étapes] le plus possible, pour aller de l’avant, et cela pour tout le monde, y compris pour moi.

Greg Selinger

Le député de 67 ans, indique que sa démission a fait l’objet d’une décision consensuelle au sein du comité exécutif de l’association néo-démocrate de Saint-Boniface.

Wab Kinew a tenu à souligner le travail de M.Selinger envers la communauté franco-manitobaine, dans un communiqué envoyé mardi.

Greg est aussi tenu en très haute estime par la communauté franco-manitobaine. Son service durant sa vie rend témoignage à l'idéal que les francophones avec les anglophones et peuples autochtones devraient être tous respectés comme peuples fondateurs de notre province.

Wab Kinew, chef du Nouveau Parti Démocratique du Manitoba

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a aussi envoyé des mots d'encouragement à l'ancien député néo-démocrate par son compte Twitter.

J'aimerais remercier M. Selinger pour son service au Manitoba. Je lui souhaite du bien pendant qu'il profite de l'opportunité de passer plus de temps avec sa famille et qu'il accueille de nouveaux défis dans le futur.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Legs et renouvellement

Laissant aux historiens le soin d’évaluer son legs dans Saint-Boniface, Greg Selinger mentionne cependant « voir une différence dans les écoles et les hôpitaux » et il estime que « beaucoup choses ont été accomplies ».

Il y a une reconnaissance positive de la francophonie au Manitoba et de la diversité de cette communauté. Nous avons trouvé une façon de vivre ensemble et nous devons continuer.

Greg Selinger

Le député souhaite que son départ soit une occasion de renouvellement au sein du parti et dans la circonscription. « J’aimerais voir un bon débat sur les grandes questions de la communauté et les priorités », dit-il. Il constate « qu’il y a des cycles dans la vie des partis politiques. Tous les partis traversent des périodes de reconstruction ».

La carrière de Greg Selinger

Élu dans Saint-Boniface en 1999, Greg Selinger devient tout de suite ministre des Finances et ministre responsable des Services en français, fonctions qu’il occupe pendant 10 ans, avant de succéder à Gary Doer comme chef du Nouveau Parti démocratique.

Il est assermenté premier ministre le 19 octobre 2009.

Il remporte l’élection générale du 4 octobre 2011, mais fait face à une fronde menée par cinq de ses ministres en novembre 2014. Son leadership est contesté, mais il refuse de démissionner.
ll remporte la course au leadership qui s’ensuit, le 8 mars 2015, mais cet épisode révèle des divisions profondes au sein du NPD et laisse des traces.

Aux élections générales du 18 avril 2016, le Parti progressiste-conservateur prend facilement le pouvoir après 17 ans de règne néo-démocrate. Greg Selinger, réélu dans Saint-Boniface, démissionne en tant que chef du parti, tout en demeurant député d’arrière-ban.

Avant de faire carrière sur la scène politique provinciale, Greg Selinger a été travailleur social et activiste communautaire, représentant notamment l’Association des résidents du Vieux Saint-Boniface. En 1989, il est élu conseiller de Saint-Boniface à la Ville de Winnipeg.

En 1992, il tente sans succès d’être élu maire contre Susan Thompson. Il enseigne ensuite à la Faculté de travail social de l’Université du Manitoba avant de se tourner vers la politique provinciale en 1999.

Manitoba

Politique provinciale