•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle technologie LTE 4G déployée sous terre à la mine LaRonde

Un mineur utilise un téléphone cellulaire sous terre.

Un mineur utilise un téléphone cellulaire sous terre.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Radio-Canada

Agnico Eagle, division LaRonde, possède désormais son propre réseau cellulaire sous terre. Selon la minière, cette avancée technologique serait unique en Amérique du Nord.

Un reportage d'Émélie Rivard-Boudreau

Depuis environ un mois, un réseau LTE 4G est déployé au projet LaRonde zone 5, communément appelé LZ5. Quarante travailleurs utilisent déjà des téléphones cellulaires pour communiquer entre eux.

Fini les radios

Le réseau permet d'améliorer les communications entre les travailleurs et rehausse aussi la sécurité des travailleurs miniers.

Les communications par radio seront donc bientôt chose du passé à la mine LaRonde.

« La technologie que l'on utilise présentement nous permet juste d'avoir une couverture de 50 % à 75 % dans nos galeries souterraines, explique le surintendant au département de maintenance sous terre, Sébastien Laflamme.

Avec un réseau LTE, ça va nous permettre d'avoir une couverture complète. À LaRonde, on a au-dessus de 200 km de galerie sous terre.

Sébastien Laflamme
Les travailleurs de la mine LaRonde d'Agnico Eagle peuvent désormais communiquer via leur cellulaire lorsqu'ils sont sous terre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les travailleurs de la mine LaRonde d'Agnico Eagle peuvent désormais communiquer via leur cellulaire lorsqu'ils sont sous terre.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Comment l'installer ?

Cela fait près de deux ans qu'Agnico Eagle travaille sur ce virage technologique.

L'ingénieur en télécommunication, Éric L'Heureux, explique malgré tout que l'installation est relativement simple.

« On installe un équipement radio actif dans des endroits centralisés, dans les sous-stations électriques, où il y a déjà de l'alimentation électrique et de la fibre optique. À partir de ce point, c'est tout simplement l'installation d'un câble, qui est installé dans les galeries principales ».

Pour plus de sécurité et d'efficacité, le réseau LTE permettra d'opérer les machineries à distance, et ce, sans perte d'emplois, selon le surintendant général des opérations, Christian Goulet.

« On veut conserver nos opérateurs, mais les mettre dans des conditions qui vont être meilleures pour eux, les mettre dans des salles d'opération, par exemple », précise-t-il.

Testée par les journalistes à 120 mètres sous terre, la communication était impeccable, voire meilleure que plusieurs endroits en Abitibi-Témiscamingue.

Un mineur discute avec quelqu'un en vidéo sur son téléphone cellulaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Il est même possible de tenir une conversation vidéo sous terre

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Télécommunications