•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des courriels compromettants pour le maire Jim Watson selon SOS Vanier

Le maire est dans une foule devant l'hôtel de ville.

Le maire d'Ottawa Jim Watson se défend d'avoir influencé la décision sur le déménagement de l'Armée du Salut chemin de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Georges-Étienne Nadon-Tessier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

SOS Vanier soupçonne le maire Jim Watson d'avoir abusé de son pouvoir dans le dossier de l'Armée du Salut à Vanier et affirme avoir des documents qui le montrent.

Le groupe de citoyens qui s'oppose au déménagement des installations de l'Armée du Salut au 333 chemin de Montréal, dans le quartier Vanier, dit avoir obtenu un échange de courriels entre le maire Watson et le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

Dans un courriel, le maire Watson dit avoir « tout fait » pour sortir l'Armée du Salut du marché By, à la demande du conseiller Mathieu Fleury.

Un maire mécontent

Dans ce courriel, le maire Watson est furieux contre le conseiller Mathieu Fleury relativement à sa sortie médiatique contre l'endroit choisi par l'Armée du Salut pour déménager son refuge.

Le courriel est daté du 22 juin 2017, date à laquelle l'organisme caritatif a annoncé son projet de déménagement à Vanier.

Le courriel comporte des extraits surlignés en jaune. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un des courriels jugés compromettants par SOS Vanier.

Photo : Courtoisie / SOS Vanier

Le maire écrit qu'il ne comprend pas l'opposition du conseiller Fleury au choix du chemin de Montréal, puisque « ce site fait l'objet de discussions depuis 12 mois » et que le conseiller n'a jamais indiqué son opposition durant cette période.

Jim Watson écrit aussi : [traduction] « Nous avons visité l'endroit trois fois, et vous m'avez toujours demandé de vous aider à sortir l'Armée du Salut du marché [By]. C'est exactement ce que j'ai fait et là, vous allez vous y opposer? Tu ne peux pas gagner sur tous les tableaux! »

Le conseiller Fleury rétorque plus tard dans une réponse par courriel au maire qu'il « a toujours émis des réserves sur le site du chemin de Montréal ».

L'homme est devout sur un trottoir devant la caméra.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Philippe Denault, de SOS Vanier, dit avoir des documents compromettant pour le maire Jim Watson.

Photo : Radio-Canada / Georges-Étienne Nadon-Tessier

Selon un porte-parole de SOS Vanier, Philippe Denault, cet échange de courriel montre plusieurs choses : que la seule et unique raison pour la Ville d'avoir accepté de déménager le refuge dans le quartier Vanier était de le sortir du marché et que la décision avait été prise avant le dépôt officiel du projet par l'Armée du Salut.

C'est un vice procédural, c'est un manque d'éthique, c'est peut-être même pas légal, on va demander à l'ombudsman de vérifier ça.

Une citation de : Philippe Denault, porte-parole de SOS Vanier

M. Denault soutient que le conseiller Fleury lui a dit « que la décision avait été prise par Watson le 9 mai, lors d'une réunion avec l'Armée du Salut ».

Selon lui, tout ce processus est inacceptable.

« Ce sont des services sociaux qu'on déménage », rappelle-t-il, « ce sont des services à des gens vulnérables et on les déménage dans une communauté vulnérable ».

M. Denault soutient que ce n'est pas comme cela que les décisions doivent se prendre à la Ville d'Ottawa.

Dans une entrevue qu'il nous a accordée, le maire Watson se défend en disant que même s'il appuyait le projet de déménagement de l'Armée du Salut, chemin de Montréal, ce n'est pas lui qui a pris la décision.

C'est nécessaire pour le comité de l'urbanisme de prendre sa décision, il y a eu trois jours de réunion et beaucoup d'opposition.

Une citation de : Jim Watson maire d'Ottawa

Le maire explique aujourd'hui qu'il a simplement aidé l'Armée du Salut dans son projet.

« C'est ma responsabilité d'organiser des réunions pour aider avec ce plan », a déclaré le maire.

Pour sa part, Mathieu Fleury reconnaît qu'il était au courant que le motel était visé par l'Armée du Salut. Mais, dit-il, ce n'était alors qu'un lieu parmi d'autres à l'étude.

« Ce que j'ai toujours prétendu, c'est que l'Armée du Salut n'avait pas fait son travail de faire une analyse des sites qui étaient disponibles dans la ville. Ils se sont attardés à une série de sites et du jour au lendemain, ils ont mis l'accent sur le chemin de Montréal. Dès qu'ils ont mis l'accent sur le chemin de Montréal, nous autres c'était clair : opposition », a déclaré M. Fleury.

Une plainte à l'ombudsman de l'Ontario

SOS Vanier a déposé vendredi une plainte auprès de l'ombudsman de l'Ontario.

Le document d'environ 1000 pages critique le processus utilisé par le maire et le conseil municipal pour donner le feu vert au projet.

L'échange de courriels entre le maire Jim Watson et le conseiller Mathieu Fleury fait partie du document de plaintes soumis par SOS Vanier à l'ombudsman de l'Ontario.

Avec les renseignements de Stéphane Leclerc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !