•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Modifications demandées au processus de consultation des aînés

Des aînés de différentes nationalités
Des aînés de différentes nationalités Photo: iStock
Radio-Canada

Plusieurs citoyens, chercheurs et organismes se sont réunis lundi au Conseil communautaire Notre-Dame-de-Grâce pour exprimer leur frustration au sujet du processus de consultation publique Municipalités amies des aînées (MADA) qui vise à doter Montréal d'un nouveau plan d'action municipal pour les aînés.

Des représentants d’organismes ont affirmé que la consultation exclut de manière systémique un bon nombre de personnes aînées, alors qu'elle est censée avoir pour but de recueillir les opinions de ces personnes.

La tenue de cette consultation publique pour le Plan d’action municipal pour les personnes aînées 2018-2020 a été annoncée en ligne vers la fin du mois de janvier, et doit se terminer à la fin du mois de février.

Cette façon de faire déplait au président du groupe Seniors Action Québec, M. Michael Udy.

« Outre un échéancier, absurdement court, qui ne donne aux organismes de personnes aînées qu’à peine un mois pour participer aux discussions, il y a eu très peu de publicité sur la tenue de ces consultations. En fait, plusieurs organismes communautaires et citoyens n’en ont eu vent que vers la mi-février », a déclaré M. Udy.

M. Udy critique aussi le fait qu'on offre un sondage en ligne, alors que bon nombre de personne âgées n'ont pas accès à Internet.

Selon une enquête de Statistique Canada réalisée en 2017, 19 % des Canadiens de 65 à 74 ans n'avaient pas utilisé Internet au cours du mois précédent. Ce pourcentage montait à 50 % pour ceux de plus de 75 ans.

Des modifications demandées

Des organismes déplorent aussi que le processus se déroule essentiellement en français et qu’il ne s’adresse pas aux communautés anglophones et ethnoculturelles de Montréal.

Pour Tania Callender, directrice générale du groupe African Canadian Development and Prevention Network, « la clé d’une consultation réussie réside sur la capacité de la ville de rejoindre et faire participer les groupes minoritaires ».

Les citoyens et les organismes réunis ce matin demandent des modifications au processus actuel afin de rendre la consultation plus « respectueuse et inclusive ».

Ils souhaitent entre autres :

  • que les consultations soient prolongées jusqu’au printemps,
  • que le sondage soit accessible sur papier dans les centres communautaires et dans les bibliothèques
  • que le nombre de consultations soit augmenté
  • qu'elles aient lieu à des endroits qui sont desservis par le transport en commun et à proximité des populations minoritaires.

Des correctifs apportés

Mme Rosannie Filato, responsable au comité exécutif du développement social, communautaire et de la condition féminine, a expliqué lundi lors d’une conférence de presse que de nombreux correctifs ont été effectués au cours des derniers jours.

Elle a entre autres souligné que le sondage sur le Plan d'action municipal sur les personnes aînées 2018-2020 a été traduit, qu’une boîte vocale en anglais est en fonction et que les consultations qui vont avoir lieu dans les milieux anglophones pourront s'effectuer dans l'une ou l'autre des deux langues officielles.

Pour l’instant, la période de consultation publique ne peut pas être plus longue, car nous avons une entente avec les deux paliers de gouvernement, mais nous allons avoir des discussions avec eux pour voir ce qui est possible.

Rosannie Filato

La Ville a aussi indiqué également que les gens désirant répondre aux questions posées à la population, mais ne disposant pas d'un accès Internet, peuvent passer par une ligne téléphonique pour offrir leur avis ou obtenir de l'aide.

Grand Montréal

Politique municipale