•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup d'envoi de la TDLG en Matanie

Trois skieurs

Trois participants de la TDLG

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Faire traverser la Gaspésie en ski et en raquette à 250 touristes chaque année pendant 16 ans, c'est le défi réussi par la TDLG. Au-delà de l'événement, au fil des ans, l'image des montagnes gaspésiennes en hiver s'est exportée et la région commence maintenant à en tirer profit.

Un texte de Joane Bérubé

C’était le départ ce matin de la Traversée de la Gaspésie. Pour cette première journée, les 250 skieurs, raquetteurs et bénévoles étaient invités à découvrir les montagnes de la réserve faunique de Matane.

Chaque année, la traversée hivernale de la Gaspésie attire des touristes de partout. Cette année, des Québécois, mais aussi des gens de la Colombie-Britannique, de l’Alabama et de la France traverseront la Gaspésie en raquettes ou en skis.

Des skieurs qui récupèrent leurs bagages dans la soute d'un autobusAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Arrivée des autobus de la TDLG sur le site de départ de la journée.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

« Le fait que cela fasse 16 ans et que les gens soient toujours au rendez-vous, c’est quelque chose », souligne la présidente de l’événement, Claudine Roy.

Retombées

La présidente de la TDLG rappelle qu’il y a 16 ans, personne ne croyait au développement du tourisme d’hiver en Gaspésie. La TDLG a fait office de pionnière. Des médias du monde entier, dont le New York Times, se sont intéressés à l’événement.

La neige et les montagnes gaspésiennes font maintenant bon ménage dans l’esprit de bien des Québécois, mais aussi des touristes étrangers.

Des skieurs sur une piste de ski de fondAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Et c'est parti pour une journée de ski!

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Et aujourd’hui, relève Claudine Roy, Murdochville s’impose comme destination de ski hors-piste.

À Montréal, ça se parle. Ce n’est plus l’Ouest canadien qui est « in », ce qui est « in », c’est Murdochville pour skier dans la poudreuse, voir nos montagnes.

Une citation de : Claudine Roy, présidente de la TDLG

Vertigo Aventures, qui offre des excursions hivernales dans la réserve faunique de Matane, est un autre exemple, selon elle, du développement du tourisme hivernal en Gaspésie.

« Ça n’existait pas, il y a 15 ans. On a ouvert la piste. On s’est dit ''on a un pays d’hiver, on doit se l’approprier'' », fait valoir l’organisatrice en chef de la TDLG.

La relève est là, note Mme Roy.

Cette année, la traversée sera suivie par la blogueuse « Lydiane autour du monde ». La jeune femme est arrivée en Gaspésie, il y a une quinzaine de jours pour s’initier au ski de fond.

« Elle est ici avec ses skis, elle est partie ce matin », raconte Claudine Roy.

Des gens en raquettesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La raquette est une bonne façon de s'entraîner à l'extérieur l'hiver.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

Le parcours en raquettes, qui s’est ajouté il y a quelques années, a aussi permis d’attirer une nouvelle clientèle, plus jeune, à la traversée. « Ce qui est très intéressant pour nous. On a des bonnes étoiles pour nous pour les prochaines années », observe Claudine Roy.

De Matane à Gaspé

La TDLG est de retour en Matanie pour une deuxième année consécutive.

Les montagnes de la réserve MataneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les montagnes de la réserve Matane

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

L’an dernier, la découverte de cette partie des Chic-Chocs, avec les monts Blanc, Craggy et Pointu, a été un coup de cœur pour les organisateurs. « Alors on a dit, rapporte Claudine Roy: ''cette année, on passe deux jours dans la réserve faunique de Matane''. »

Lundi, le groupe parcourra le secteur d’anciens villages, comme Saint-Nil, dont les frontières à l’époque bordaient celles de la réserve.

« Cela fait trois mois que la gang de skieurs de Matane prépare les parcours, fait du repérage pour trouver les plus beaux points de vue. Les gens déploient tout ce qu’ils peuvent pour recevoir nos touristes qui viennent nous visiter en hiver. C’est exceptionnel », commente celle qui a fondé l’événement.

Skieurs se dirigeant vers une montagneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des skieurs hors-piste au Mont-Lyall

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Plus tard cette semaine, le groupe traversera les Chic-Chocs jusqu’au parc Forillon, en passant par la vallée de L’Anse-au-Griffon.

Sous le parrainage des artistes Emmanuel Bilodeau et Sophie Faucher, l’édition 2018 de la Traversée de la Gaspésie se terminera le 24 février à Gaspé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !