•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Isabelle Huppert solidaire du mouvement #MoiAussi

Portrait d'Isabelle Huppert, portant une veste pailletée blanche, lors de la présentation du film Eva au Festival international du film de Berlin.

Isabelle Huppert lors de la présentation du film « Eva » au Festival international du film de Berlin

Photo : Getty Images / Vittorio Zunino Celotto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'actrice française Isabelle Huppert a apporté son soutien, samedi, lors du Festival international du film de Berlin, aux actrices qui ont révélé avoir subi du harcèlement sexuel et des mauvais traitements.

« Ça fait bien longtemps que tout ce qui a été dit – depuis que ça a commencé, il y a quelques mois – aurait dû être dit », a-t-elle déclaré à l'occasion d’une conférence de presse.

« C'est aussi pour cela que je fais du cinéma, pour parler des femmes d'une certaine manière. Je suis personnellement très contente que certaines choses soient dites – de manière définitive, j'espère », a-t-elle ajouté, évoquant « sympathie et espoir » devant la vague #MoiAussi.

L’actrice, nommée l’an dernier aux Oscars pour son rôle de femme violée dans le film à suspense Elle, de Paul Verhoeven, est venue au Festival international du film de Berlin défendre le long métrage Eva.

Elle y incarne une prostituée croisant la route de Bertrand, un dramaturge qu'interprète Gaspard Ulliel.

Réalisé par le Français Benoît Jacquot, ce film est une adaptation du roman noir de James Hadley Chase. Ce livre avait déjà été porté à l’écran en 1962, avec Jeanne Moreau dans le rôle principal.

En réaction au mouvement #MoiAussi, auquel se sont ralliées plus de 300 figures d’Hollywood ces dernières semaines, la Berlinale a décidé d’écarter de sa sélection les réalisateurs faisant l’objet d’allégations d’inconduite sexuelle.

Samedi, des membres de l’industrie cinématographique européenne ont lancé, en marge du festival, une campagne baptisée « Speak Up! » pour combattre le harcèlement.

Le site Internet lancé dans la foulée recense des organismes luttant contre le sexisme et les abus sur les lieux de travail en Europe et proposera une service d'assistance en ligne pour les femmes lors de festivals.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !