•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Même pour Baie-Comeau, Hydro-Québec cherche comment tarifer les mineurs de bitcoins

Illustration de transfert de données

La technologie de la chaîne de blocs pourrait être l'une des plus grandes révolutions technologiques depuis la naissance de l'Internet.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Hydro-Québec reçoit un nombre très élevé de projets d'entreprise liés à la technologie de la chaîne de blocs, ce qui ralentit le traitement des demandes. Mais cela ne calme pas l'ardeur des investisseurs potentiels qui sont déjà entrés en contact avec la Ville de Baie-Comeau pour, peut-être, s'y installer.

Un texte de Louis Garneau

Les mineurs de bitcoins se livrent partout une concurrence féroce pour créer des banques de données qui seront traitées par des milliers d'ordinateurs éparpillés dans le monde.

Les promoteurs de ces projets très énergivores ont besoin de grands locaux pour héberger beaucoup d'ordinateurs, qui valident les transactions de cryptomonnaies. Moins l'électricité est chère, plus grands seront les profits.

Marc-Antoine Pouliot, porte-parole d'Hydro-QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marc-Antoine Pouliot, porte-parole d'Hydro-Québec

Photo : courtoisie Hydro-Québec

Il y a plus d'une centaine de projets au Québec et impossible pour le moment de dire combien il y en aurait sur la Côte-Nord.

Le personnel d'Hydro-Québec s'avoue submergé. Pour chaque demande, il faut vérifier si le réseau de distribution a la capacité d'alimenter d'immenses blocs d'électricité.

« On a reçu un volume inédit de projets, en raison de la décentralisation de l'industrie du blockchain, de la Chine vers des juridictions extérieures comme le Québec, le Manitoba, la Colombie-Britannique. »

Les promoteurs craignent également que la société d'État n'augmente des tarifs qui au départ, les ont séduits.

« Il y a une réflexion par rapport au meilleur tarif à demander à cette industrie-là. Mais ça fait partie de l'analyse et de la réflexion qui est en cours. »

— Une citation de  Marc-Antoine Pouliot, Hydro-Québec

L'un des promoteurs qui veut s'installer à Baie-Comeau, Bitfarm, se dit satisfait du rythme auquel Hydro-Québec traite sa demande d'emplacement. Sans pour autant savoir quel tarif d'électricité lui sera imposé par la suite.

Avec les informations d'Olivier Roy-Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !