•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants demandent des changements à la politique d’inclusion scolaire

Lucie Martin répond aux questions d'un journaliste dans le hall d'entrée de l'édifice de l'AEFNB.

La présidente de l'AEFNB dit que l'inclusion scolaire pose de nombreux défis aux enseignants.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

Les associations anglophone et francophone des enseignants souhaitent davantage de ressources pour faire face aux nombreux défis qui se posent en salle de classe. L'inclusion scolaire vise des étudiants avec des besoins très variés, qui nécessitent toute une gamme de services.

Un texte de Michel Corriveau

Dans certaines régions, il manque de ressources pour faire face aux besoins des élèves.

Les enseignants ont besoin de plus de formation, on a besoin d'experts en mesure de venir appuyer le travail des enseignants.

Lucie Martin, présidente de l’Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick

Du côté des enseignants anglophones, on souhaiterait que les centres alternatifs, ou centres thérapeutiques, puissent accueillir les élèves à besoins spéciaux avant la 9e année. Certains élèves, par exemple, ne sont pas en mesure de suivre les cours du matin au soir, cinq jours par semaine.

On souhaiterait aussi que les classes pour élèves avancés soient offertes avant la 11e année.

Enfin, les associations des enseignants anglophones et francophones demandent des ressources pour les élèves qui doivent, à l'occasion, sortir de la salle de classe. Ces associations souhaitent que les politiques d'inclusion puissent s'adapter aux différents besoins des élèves, qu'il s'agisse de besoins liés à la santé mentale, à des handicaps physiques, ou encore à des problèmes de comportement.

Les deux associations d'enseignants disent que les discussions progressent avec le ministère de l'Éducation. Il nous a toutefois été impossible d’obtenir des commentaires du ministère, malgré nos demandes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Éducation