•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CHSLD : des médecins surmenés démissionnent à Québec

Des personnes âgées dans un centre de soins de longue durée.
Un nombre croissant de patients en CHSLD ne seraient plus inscrits auprès d'un médecin de famille. Photo: Radio-Canada

L'exode des médecins des centres d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) vers les cliniques médicales va en s'aggravant dans la région de Québec. Le CHSLD Saint-Augustin pourrait se retrouver sans médecin à la suite du départ annoncé de sa dernière omnipraticienne, qui se dit épuisée par la surcharge de travail.

Un texte de Louis Gagné

Le départ des médecins des CHSLD vers les cliniques serait directement lié aux exigences de prise en charge de patients du ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

C’est du moins l’avis de la Dre Louise Côté, du CHSLD Saint-Augustin, situé dans l’arrondissement de Beauport. Elle affirme que la vague de départs vers les cliniques a entraîné une surcharge de travail considérable pour les médecins qui continuent de pratiquer en CHSLD.

« Nous couvrons tous une cohorte bien plus grande que ce qui est considéré sécuritaire, et nous sommes toujours à la limite des exigences du Collège des médecins », dénonce l’omnipraticienne dans une lettre adressée à ses patients et ses collègues et dont Radio-Canada a obtenu copie.

Elle mentionne que sur les 13 médecins qui s’occupaient il y a 3 ans des 500 patients en CHSLD du secteur est de Québec où elle pratique, seulement 6 sont encore en poste.

Démissions

Deux médecins ont annoncé leur démission à compter du 28 février. À partir de cette date, Louise Côté sera la seule médecin en poste au CHSLD Saint-Augustin.

Comme la situation est déjà intenable, elle soutient n’avoir d’autre choix que de remettre sa démission. L’omnipraticienne cessera progressivement de suivre ses patients jusqu’à son départ, le 15 avril prochain.

« J'adore mon travail, le personnel avec qui je travaille et avant tout mes patients et leurs familles. Cependant, il faut prendre des décisions pour notre santé psychologique et physique », écrit la professionnelle de la santé.

Il n'y a pas de mots pour exprimer mon désarroi, mais je ne me sens plus capable de vivre cette situation.

Dre Louise Côté, omnipraticienne démissionnaire du CHSLD Saint-Augustin

Pénalités financières

Selon Mme Côté, l’exode des médecins des CHSLD est une conséquence des pressions exercées par le ministre de la Santé afin que les omnipraticiens et les spécialistes prennent en charge un plus grand nombre de patients.

Les médecins qui ont moins de 500 patients à leur charge s’exposent à une réduction de 30 % de leur rémunération en vertu de la loi 20.

Puisque les patients des CHSLD requièrent davantage de soins et de suivi, de nombreux médecins ont délaissé cette population pour se concentrer sur la pratique en clinique afin de ne pas voir leur rémunération amputée.

Mesures d’atténuation

Louise Côté est consciente que son départ « est très déstabilisant » pour la prestation des soins offerts aux patients du CHSLD Saint-Augustin.

Elle mentionne que des mesures ont déjà été mises en place afin que le personnel infirmier et les pharmaciens prennent en charge certains soins.

« Ils peuvent régler des problèmes de santé courants par le biais de lois et règlements les autorisant à prescrire ou changer des médicaments ou à effectuer certains examens ou traitements médicaux », écrit l’omnipraticienne.

Avec la collaboration de Nicolas Vigneault

Québec

Santé