•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

250 magasins de cannabis attendus en Alberta

Des plats de métal contenant de la marijuana.

Les commerçants albertains pourront déposer leur demande de permis provincial à partir du 6 mars.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Jusqu'à 250 magasins privés de vente de cannabis pourraient ouvrir leurs portes en Alberta au cours de la première année après la légalisation de la marijuana, estime la province.

Un texte de Laurent Pirot

La Commission albertaine des jeux et de l’alcool a basé cette estimation sur l'expérience des États américains qui ont récemment légalisé la marijuana, mais elle explique que le nombre exact de magasins pourrait être plus faible ou plus élevé en fonction de la réponse des entrepreneurs.

D'abord prévue pour le 1er juillet, la légalisation de la marijuana à des fins récréatives a été reportée par Ottawa, mais devrait avoir lieu plus tard cette année.

En Alberta, les établissements ne pourront pas ouvrir à moins de 100 m d’une école ou d’un hôpital provincial. La province a choisi de ne pas imposer de distance minimale entre un magasin de cannabis et un commerce d'alcool comme elle l'avait d'abord envisagé.

« Nous voulons laisser le marché privé ouvrir ces magasins et nous assurer qu'ils aient autant de flexibilité que possible », a expliqué la ministre de la Justice Kathleen Ganley.

Flexibilité pour les municipalités

Les municipalités pourront cependant adapter ces critères et imposer des distances différentes avec écoles et hôpitaux ou une séparation minimale avec les magasins qui vendent de l’alcool.

C'est une possibilité à laquelle la Ville d'Edmonton devra réfléchir avant de finaliser son propre règlement, a expliqué Colton Kirsop, gestionnaire au service des règlements municipaux.

Les municipalités opposées à la vente de cannabis pourraient décider d'imposer des conditions tellement strictes qu'aucun commerce ne pourrait ouvrir, a reconnu la ministre Ganley.

Promotions possibles

La province ne fixera pas de prix obligatoire, et les magasins pourront afficher des promotions. Mais Kathleen Ganley a promis que la Commission des jeux et de l'alcool serait vigilante et qu'elle aurait le pouvoir d'imposer un prix plancher si certains offrent des rabais trop importants.

La province a décidé que les commerces pourront être ouverts à partir de 10 h et jusqu’à 2 h du matin, comme c’est le cas pour les magasins d’alcool. L'accès aux magasins sera complètement interdit aux mineurs.

Le cannabis devra être entreposé hors de portée des clients et il sera complètement interdit d'en consommer sur place.

Antécédents judiciaires

La Commission albertaine des jeux et de l’alcool, chargée de délivrer les autorisations pour les commerçants privés, commencera à évaluer les dossiers de candidature le 6 mars.

Les propriétaires et leurs employés devront suivre une formation, et leurs antécédents judiciaires seront vérifiés. Ceux qui ont été condamnés pour la simple possession de cannabis pourraient être autorisés à travailler dans ce secteur, mais pas ceux condamnés pour trafic ou extorsion, ou qui ont eu un lien avec le crime organisé.

Nous ne voulons pas de lien entre le marché noir et le marché légal.

La ministre de la Justice Kathleen Ganley

Les règlements adoptés par le gouvernement provincial empêcheront tout groupe de contrôler plus de 15 % des magasins, afin d’empêcher la constitution d’acteurs trop puissants.

La province a décidé de confier au privé la vente en magasin, et à la Commission albertaine des jeux et de l’alcool, la vente en ligne.

Aucun détail n'a encore été dévoilé sur le fonctionnement de la vente en ligne, mais la province promet que tout sera prêt au premier jour de la légalisation.

Alberta

Société