•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrick Brown expulsé du caucus conservateur

Patrick Brown à la tribune de la presse à Queen's Park.
Patrick Brown, chef démissionnaire du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, rencontre les médias. Photo: La Presse canadienne / Aaron Vincent Elkaim

Dans un communiqué publié en fin de matinée vendredi, le chef intérimaire du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, Vic Fedeli, a annoncé l'expulsion de Patrick Brown du caucus conservateur à Queen's Park.

Patrick Brown, visé par des allégations d'inconduite sexuelle, a démissionné de son poste de chef du Parti progressiste-conservateur fin janvier.

La déclaration écrite de Vic Fedeli :

« Peu de temps après être devenu chef par intérim, j'ai demandé à Patrick Brown de quitter le caucus du PC. La prochaine session parlementaire doit commencer mardi 20 février après le Jour de la famille. Plus tôt aujourd'hui, M. Brown a été informé qu'il avait été expulsé du caucus du PC prenant effet immédiatement. La même procédure avait été suivie lorsque M. Brown avait expulsé Jack MacLaren du caucus du PC. »

Il devra désormais siéger comme indépendant à l'Assemblée législative de l'Ontario.

Selon nos informations, Patrick Brown demeure membre du Parti progressiste-conservateur. Le bureau du parti devra décider si sa carte de membre lui sera retirée ou non.

Patrick Brown réfute catégoriquement les allégations qui ont tout d'abord été rapportées par CTV News.

Des questions demeuraient en suspens concernant son rôle au sein du parti et quant à savoir s'il représenterait celui-ci à l'occasion de la reprise des travaux.

M. Fedeli a déjà prévenu qu'il n'autorisera pas la candidature de M. Brown si les allégations contre lui n'ont pas été réglées au moment de l'élection provinciale, au printemps.

M. Brown a récemment lancé une campagne pour blanchir sa réputation, en affirmant sur les réseaux sociaux et lors d'entrevues que les deux femmes qui l'accusent ont menti à CTV News.

Il a aussi menacé de poursuivre le réseau, qui n'a pas l'intention de se rétracter.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale