•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Revenir au pays pour fuir les fusillades aux États-Unis

Le Dr Paul Poirier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La fusillade survenue dans une école de la Floride mercredi rappelle de bien mauvais souvenirs au Dr Paul Poirier de Québec, qui a décidé de revenir habiter au Canada avec sa famille après la tuerie de Columbine, au Colorado, en 1999.

« Tu ne peux pas faire vivre ça à tes enfants », souligne le cardiologue, qui travaillait à l'hôpital de Columbine le 20 avril 1999.

Ce jour-là, 13 personnes, en majorité des adolescents, ont été abattues par deux assaillants à l'école secondaire de Columbine. La fusillade a aussi fait 24 blessés.

Tandis que les victimes étaient amenées à l’hôpital où il travaillait, le Dr Poirier a appris par sa femme qu’il était possible qu'un troisième tueur se rende à l’école primaire que fréquentaient les deux plus âgées de ses quatre petites filles.

La situation ne s’est pas avérée, mais l’horreur du carnage et la crainte de le revivre ont eu raison du rêve américain du Dr Poirier.

« J’étais parti pour rester là, j’avais vendu toutes mes affaires, j’allais rester travailler aux États-Unis, et quand c’est arrivé, j’ai dit : "Non, je retourne au Canada." »

Dans l’année qui a suivi la tuerie, lui et sa femme, citoyenne américaine, ont vécu avec la crainte. « C’était épouvantable, c’est un feeling. Après, tu regardes tes enfants qui jouent dehors, tu te dis : "Qu’est-ce qui va arriver?" Tu as une goutte de sueur, c’est omniprésent. »

Exercices dans les écoles

C’est lorsque leurs enfants à la maternelle ont reçu des consignes pour savoir comment réagir face à un tireur qui se présenterait dans l’école que lui et sa famille ont décidé concrètement de revenir à la maison, en décembre de la même année.

Pour le Dr Poirier, les événements des dernières années confirment malheureusement le bien-fondé de son choix. « Quand je regarde l’histoire des 20 dernières années, ce qui se passe aux États-Unis, et qu’ils tuent des enfants […] aucune réaction, c’est rendu banal. C’est désolant et ça ne changera pas. »

La tuerie qui aurait été perpétrée mercredi par un jeune homme de 19 ans à l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, a fait 17 morts et 15 blessés.

Québec

Société