•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'art d'accueillir les étudiants étrangers depuis 10 ans à l'Université de Saint-Boniface

Des joueurs sont regroupés autour d'un des leurs qui portent bien haut le coupe du championnat qu'ls vienennt de remporter. On peut les voir rire et sourire et célébrer.

Cette équipe sportive de l'Université de Saint-Boniface illustre la richesse qu'apporte la présence des étudiants étrangers sur le plan interculturel.

Photo : Les Rouges de l'Université de Saint-Boniface

Radio-Canada

Le Bureau international de l'Université Saint-Boniface célèbre ses 10 ans. La coordonnatrice du bureau, Robin Rooke-Hanke, revient sur la dernière décennie et l'évolution de l'offre aux étudiants, qu'ils soient Manitobains ou étrangers.

En février 2008, le Bureau international de l’Université de Saint-Boniface (USB) ouvrait ses portes.

À ses débuts, Robin Rooke-Hanke, la coordonnatrice du Bureau, travaillait seule. « Il fallait d’abord identifier les besoins et les priorités de la population de l’USB dans son ensemble », explique-t-elle.

Un poste d’assistant a ensuite été ajouté, à la fin de 2008.

La mission principale du Bureau est d’appuyer les étudiants dans leur cheminement, que ce soit avec des activités ou des événements, ou simplement en étant à l’écoute.

« Une autre partie de notre mission est d’offrir tous les services pour les étudiants étrangers qui ont choisi Winnipeg et Saint-Boniface comme destination d’études. En tant que résidents temporaires du Canada, ils ont besoin d'appui parce que, souvent, ils sont seuls ici », fait-elle remarquer.

Ils ne connaissent personne. Ils ne comprennent pas nécessairement nos structures, notre société, ou ce qu’on attend d’eux comme étudiants.

Robin Rooke-Hanke

« On est là pour les appuyer pendant tout leur séjour ici », explique-t-elle, et cet appui peut prendre plusieurs formes. Par exemple, une équipe d’étudiants se charge d’accueillir les nouveaux arrivants, allant jusqu’à les chercher à l’aéroport et à les accompagner dans leur logement.

Une orientation est également offerte pour tisser des liens de confiance et montrer aux étudiants qu’ils ne sont pas seuls pendant leurs études.

On veut entendre parler de leurs défis ainsi que de leurs réussites parce qu’on veut les accompagner dans cette aventure d’étudier au Canada.

Robin Rooke-Hanke

Entre 30 et 35 nouveaux étudiants étrangers arrivent à l’Université de Saint-Boniface chaque session. Ils proviennent surtout du continent africain francophone. Pour la session d’hiver 2018, Rooke-Hanke note qu’il y a aussi des étudiants européens, ainsi qu’un Américain et un Coréen.

Sur environ 1200 étudiants, le pourcentage d’étudiants étrangers se chiffre à un peu moins de 20 %. Mme Rooke-Hanke aimerait voir ce pourcentage croître dans les prochaines années. « On trouve que c’est un beau mélange », note-t-elle.

Depuis ses débuts, le Bureau international a acquis des compétences d’ouverture à l’autre et d’interculturalité, explique-t-elle.

« On voit qu’on a beaucoup de diplômés qui ont vraiment aimé leur parcours ici. On veut sans cesse améliorer nos ressources, améliorer le contenu de notre orientation pour s’assurer qu’ils partent sur la bonne voie, et s’assurer de vérifier auprès des étudiants qu'on fait de notre mieux, pour que ces aventuriers qui viennent de loin aient l’appui nécessaire pour leur réussite. »

Le principal défi du travail de Mme Rooke-Hanke consiste à composer avec des situations difficiles touchant les étudiants. « Ça peut être des conversations difficiles parce que les familles et les amis sont loin. Il faut trouver les ressources pour guider ces étudiants loin de la maison », explique-t-elle.

Cela dit, le plus grand choc pour les étudiants étrangers demeure le climat manitobain.

« Ils demandent : "Et demain? Est-ce que la neige va partir?" » dit Robin Rooke-Hanke en riant.

Avec des informations d'Abdoulaye Cissoko.

Manitoba

Société