•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour des avertissements sur les bouteilles d'alcool, mais pas de lien avec le cancer

autocollants sur les bouteilles

Les nouveaux avertissements attribuaient à la consommation d'alcool des risques de cancer.

Photo : Gouvernement du Yukon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Yukon reprend son étude sur l'effet des autocollants sur la consommation d'alcool, mais retire l'étiquette qui faisait un lien entre l'alcool et les risques de cancer.

L'étude financée par Santé Canada vise à déterminer si des autocollants changent le comportement des Yukonnais face à la consommation excessive d'alcool.

L'industrie avait vite protesté en disant que ces autocollants, apposés sur ses produits, peuvent être une violation des droits relatifs aux marques déposées. Elle critiquait en particulier l'autocollant qui établissait un lien entre la consommation d'alcool et le risque de cancer.

« Un compromis »

John Streicker et Brendan Hanley à une tableAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre responsable de la Société des alcools, John Streicker, et le médecin-hygiéniste, Brendan Hanley, annoncent en conférence de presse la reprise de l'étude sur la consommation d'alcool.

Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

Le ministre responsable de la Société des alcools du Yukon, John Streicker, croit que le fait de reprendre l'étude sans l'étiquette qui parle du cancer est un compromis acceptable pour tous.

L'étiquette mentionnant le cancer est un problème à cause de la probabilité de [poursuites judiciaires]. Nous préférons travailler avec l'équipe pour comprendre quelle est l'efficacité [de l'étiquetage].

Une citation de : John Streicker, ministre responsable de la Société des alcools

Le ministre demeure convaincu que le gouvernement était dans son droit, mais dit que les coûts potentiels d'une poursuite seraient démesurés.

Les autocollants qui seront utilisés indiquent, par exemple, aux consommateurs le nombre maximum de verres recommandés pour les hommes ou les femmes, selon le type d'alcool.

D'ici quelques mois, on va avoir les résultats sur l'effet que les étiquettes peuvent avoir sur la consommation d'alcool. J'ai beaucoup d'espoir, pas juste pour ici, mais pour le pays et pour le monde.

Une citation de : Brendan Hanley, médecin hygiéniste en chef du Yukon

Les chercheurs sonderont également en personne les clients du magasin de la Société des alcools de Whitehorse pour établir les données de base.

La recherche comparera les résultats entre le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest, où aucun autocollant ne sera utilisé.

Les études démontrent que 35 % des hommes yukonnais sont considérés comme des buveurs excessifs, comparativement à 28 % pour le reste du Canada. Chez les femmes, la proportion est de 28 %, par rapport à 14 % dans le reste du pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !