•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usine Norbord prépare sa réouverture

Le nom de Norbord est inscrit en blanc sur l'usine. Il y a quatre drapeaux derrière.

L'usine de Norbord de Chambord

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La relance de Norbord progresse. Dans moins de deux semaines, huit anciens employés seront de retour pour démanteler les machines qui seront remplacées par des appareils plus sophistiqués.

L'entreprise a aussi commencé sa recherche de personnel, alors qu'elle a publié deux appels de candidatures pour pourvoir les postes d'ingénieur forestier et de responsable de l'entretien.

La réouverture de l'ancienne usine de Louisiana Pacific pourrait se faire en 2019.

Le directeur général de Norbord au Québec, Alain Légaré, refuse toutefois de s'avancer sur une date précise, voulant s'assurer de profiter d'un contexte favorable avant de faire gronder à nouveau les machines.

Un homme avec une casque jaune se trouve devant de la machinerie industrielle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général de Norbord Québec refuse de s'avancer sur une date de réouverture.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Une bonne nouvelle pour la municipalité

L'avancement de la relance de Norbord crée beaucoup d'espoir dans la municipalité. Chambord espère attirer de nouveaux citoyens.

« Au niveau de la municipalité, c'était vraiment de s'assurer d'avoir des terrains résidentiels qui soient quand même disponibles pour les gens. C'est certain que d'un autre côté, pour nous, c'est toute la stratégie marketing pour attirer des gens », souligne Luc Chiasson, maire de Chambord.

Un homme avec un casque jaune tire sur un fil en acier. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les travailleurs de l'usine procèdent au démantèlement de la machinerie afin de recevoir les nouveaux équipements

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Le président du syndicat des travailleurs est aussi très fébrile.

« C'est le plus gros séchoir au monde qui s'en vient dans l'usine qui va sécher à lui seul tous les produits nécessaires à la fabrication du panneau. Ça fait qu'on est là pour longtemps » , explique Evans Simard, président du syndicat des employés de l’usine de Chambord

Une fois ouverte, l'usine comptera 120 employés. Les parties patronale et syndicale croient que la moitié des postes seront pourvus par d'anciens travailleurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !