•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération séduction dans Montmagny pour empêcher la fermeture d'une école

Le projet d'aménagement de la cour extérieure de l'école de Sainte-Lucie-de-Beauregard.

Le projet d'aménagement de la cour extérieure de l'école de Sainte-Lucie-de-Beauregard.

Photo : Crédits : municipalité de Sainte-Lucie-de-Beauregard

Radio-Canada

Constamment à la recherche d'élèves pour maintenir leur école primaire ouverte, des familles de la municipalité de Sainte-Lucie-de-Beauregard, dans Montmagny, mettent toute la gomme pour inciter les parents à y inscrire leur enfant.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

À 5 reprises au cours des 10 dernières années, l’école primaire de Sainte-Lucie-de-Beauregard n’a pas atteint le nombre minimal de 12 élèves inscrits, soit 6 au premier cycle et 6 au deuxième cycle, requis par le ministère de l'Éducation pour recevoir un financement de fonctionnement.

Cette année, avec seulement neuf inscriptions, la Commission scolaire de la Côte-du-Sud a décidé de transférer temporairement les élèves vers Saint-Fabien-de-Panet, une municipalité voisine.

Devant la menace d’une fermeture permanente, des parents se sont réunis pour élaborer un projet qui vise à rendre l’école plus attrayante pour les familles de la région.

« On a travaillé comme des fous, les parents, pour en arriver à réaliser ce projet. Il va nous permettre de sauver notre école, mais aussi d’attirer de nouveaux résidents », affirme l'une des membres du comité de maintien de l’école de Sainte-Lucie-de-Beauregard, Mélanie Nadeau.

Jardin communautaire, classe extérieure, modules de jeu, parcours de tir à l’arc ne sont que quelques exemples d’infrastructures qui seront aménagées à même la cour de l’école.

Afin que le projet puisse se réaliser, la commission scolaire a cédé, pour une somme symbolique, la gestion du terrain de l'école à la Municipalité pour les 12 prochaines années.

L'aménagement, dont les travaux débuteront au printemps, nécessite un investissement de plus de 200 000 $ pour la Municipalité. Il se réalisera en plusieurs phases échelonnées sur un horizon de quatre à cinq ans.

On veut proposer aux enseignants un environnement favorable. Dans la cour d’école, les enseignants pourront aller dehors et utiliser toutes les infrastructures.

Mélanie Nadeau, membre du comité de maintien de l’école de Sainte-Lucie-de-Beauregard

Apprentissage adapté

Des ententes ont aussi été conclues avec des entrepreneurs de la région pour permettre aux jeunes de vivre des expériences en milieu de travail.

« Ils sont prêts à aller en classe pour parler des ressources de notre communauté : l’acériculture, le tourisme, la culture. On veut que les enfants fassent des apprentissages sur les ressources qui les entourent », précise Mme Nadeau.

Enfants et parents devant l’école primaire de Sainte-Lucie-de-Beauregard.

Enfants et parents devant l’école primaire de Sainte-Lucie-de-Beauregard.

Photo : Crédits : municipalité de Sainte-Lucie-de-Beauregard

Des démarches sont également en cours afin d’attirer des familles immigrantes. Mélanie Nadeau croit que les nombreux emplois disponibles dans la région sont un atout important pour favoriser la venue d'immigrants et contrer la baisse démographique.

Le comité de maintien de l'école vise plus que les 12 enfants requis par le Ministère.

« On ne veut plus être en transfert administratif. Ce qu’on veut cette année, c’est avoir 12 enfants dans l’école, mais après on en veut 20, puis 30 », lance Mme Nadeau.

Dernier sprint

Si l’école n’atteint pas le nombre d’inscriptions requises deux années de suite, l’établissement sera fermé définitivement.

« Si le 1er mars il n’y a pas le 12 enfants, l’école fermerait et on passerait une résolution comme quoi on ferme l’édifice », explique le président de la commission scolaire, Alain Grenier.

À ce jour, l’école aurait atteint le nombre minimal d’inscriptions, mais sa réouverture ne peut être confirmée avant le 1er mars prochain, date limite des inscriptions.

Québec

Société