•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés de foyers de soins au N.-B. réclament plus de ressources

Des employés de foyer de soins réclament davantage de ressources
Radio-Canada

Un petit groupe de travailleurs d'un foyer de soins de Campbellton a lancé un mouvement visant l'amélioration des soins offerts dans ce genre d'établissement partout dans la province. Et selon le groupe « Soyez la voix pour nos aînés », une telle amélioration doit passer par l'ajout de ressources.

Un texte de Serge Bouchard

Les quatre membres de « Soyez la voix pour nos aînés » assis à une table, dans la chapelle du foyer de soins Le Village de Campbellton.Les membres de « Soyez la voix pour nos aînés » : Dennis Molloy, Sylvie Martin, Betty Cleveland-Firth et Cindy Connors Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

En lançant le mouvement il y a quelques semaines, Sylvie Martin, Betty Cleveland-Firth, Dennis Molloy et Cindy Connors souhaitaient sensibiliser la population et les décideurs de Fredericton aux conséquences de ce manque de ressources.

Ces employés du foyer de soins Le Village de Campbellton affirment que le personnel soignant n’arrive plus à donner les soins de base aux résidents. Selon eux, la norme voulant que chaque résident bénéficie de 3,1 heures de soins par 24 heures ne tient plus la route parce que la clientèle n’est plus exactement la même.

Sylvie Martin en entrevueSylvie Martin est infirmière immatriculée au foyer de soins Le Village à Campbellton. Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Au cours des années, on s’aperçoit que le système a beaucoup changé. Le type de clientèle qui nous arrive ici est de plus en plus lourd. Les soins n’ont jamais été ajustés, donc on a de la misère à arriver à s’occuper de nos résidents avec des soins de qualité.

Sylvie Martin, infirmière immatriculée

Le personnel soignant s’essouffle

L’autre grande conséquence de ce manque de ressources : de plus en plus d’employés sont à bout de souffle. La surcharge de travail finit par avoir une incidence sur les employés. Les congés de maladie et les accidents de travail sont plus nombreux. Le sentiment de ne pas avoir réussi à donner tous les soins nécessaires finit par venir gruger le moral de ces professionnels de la santé.

Betty Cleveland-Firth en entrevueBetty Cleveland-Firth est infirmière auxiliaire au foyer de soins Le Village à Campbellton. Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Ce sont des êtres humains, puis quand tu ne peux même pas accommoder certains besoins essentiels, tu te demandes : qu’est-ce que le système est devenu?

Betty Cleveland-Firth, infirmière auxiliaire

Jusqu’à présent, « Soyez la voix pour nos aînés » s'est surtout efforcé de faire passer son message dans les médias sociaux. Environ 5000 personnes ont signé sa pétition qu’on peut trouver ici (Nouvelle fenêtre).

Des lettres ont aussi été envoyées à tous les députés de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick pour obtenir leur appui, mais surtout, pour exiger des changements.

Pendant ce temps, les ministres et le premier ministre Brian Gallant multiplient les annonces préélectorales en matière de foyers de soins. Ce sont pas moins de 108 millions de dollars qui seront investis dans les cinq prochaines années dans la rénovation de foyers.

Des investissements qui font sursauter les membres de « Soyez la voix pour nos aînés ».

Cet argent-là, ils devraient l’investir dans ce dont nous avons besoin. Réglez le problème maintenant, donnez-nous les ressources nécessaires.

Sylvie Martin, infirmière immatriculée

Nouveau-Brunswick

Société