•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC enquête sur un commentaire haineux envers Colten Boushie qu'aurait fait un de ses agents

Le ministre fédéral de la Sécurité publique Ralph Goodale

Photo : The Canadian Press / JOHN WOODS

Radio-Canada

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a confirmé jeudi l'ouverture d'une enquête à la suite de la publication d'un commentaire haineux en ligne. Un commentaire disant que Colten Boushie « a eu ce qu'il méritait » a été publié, puis supprimé d'un groupe Facebook privé réservé aux agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui réunit plus de 1000 membres.

Un texte d’Andréanne Apablaza

« Cette remarque est absolument épouvantable et inacceptable », a déclaré Ralph Goodale lors d’une conférence de presse, jeudi matin.

Colten Boushie, un Cri de 22 ans de la Première Nation de Red Pheasant, en Saskatchewan, a été abattu d’une balle à la tête alors qu'il était à l’intérieur d’un véhicule en août 2016.

Colten Boushie et quatre autres jeunes adultes de la Première Nation étaient entrés dans la propriété de Gerald Stanley sans permission. Le fermier de 56 ans a été accusé, puis acquitté du meurtre au deuxième degré de Colten Boushie.

« Dommage que le jeune soit mort, mais il a eu ce qu'il méritait. Combien d'entre nous travaillent dans les réserves ou à proximité et en ont assez que le prétexte de la race soit utilisé chaque fois que quelqu'un se fait prendre en train d'enfreindre la loi? », pouvait-on lire dans le commentaire supprimé.

Selon le Réseau de télévision des peuples autochtones (APTN), l’auteur du commentaire est un membre actif de la GRC dans les Prairies. Le ministre n’a pas pu confirmer, jeudi, si le commentaire provenait effectivement d’un membre de la GRC. « Cela va à l'encontre de tout ce que la GRC représente », a expliqué Ralph Goodale. « C'est inadmissible et il y a aura des conséquences », a-t-il ajouté.

Code de déontologie

La GRC a ouvert une enquête en vertu de son Code de déontologie pour déterminer qui est à l'origine de ce commentaire. Le commissaire intérimaire de la GRC Daniel Dubeau devra déterminer quelles conséquences s’appliqueront à la suite de l’enquête.

« Les Canadiens de toutes les régions du pays doivent pouvoir faire confiance à leur force policière, être en mesure de savoir que la GRC se comporte et fonctionne selon les normes professionnelles les plus élevées et que le travail de la police est fait avec intégrité », a dit le ministre.

Un porte-parole de la GRC a déclaré que le message sur Facebook « est contraire aux normes de la GRC ».

« Le groupe Facebook cité n'est ni géré ni administré par la GRC, mais lorsque des préoccupations concernant des contenus irrespectueux écrits par un employé de la GRC sont soulevées, elles font l'objet d'une enquête et sont traitées », a déclaré la sergente Tania Vaughan.

Elle a ajouté que le code de déontologie de la GRC s’applique aux agents, qu'ils soient en service ou en congé, et s'applique aussi aux médias sociaux.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Saskatchewan

Forces de l'ordre