•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Des robots russes ont partagé de la désinformation au Canada sur Twitter

Drapeau russe avec logos de Twitter.

Drapeau russe avec logos de Twitter.

Photo : Radio-Canada / Jeff Yates

Jeff Yates

CHRONIQUE - Théories du complot à propos de l'attentat de la grande mosquée de Québec, calomnies sur le premier ministre du Canada, Justin Trudeau... de faux comptes Twitter liés à une « usine à trolls » russe ont désinformé les internautes canadiens, démontre une analyse d'une base de données contenant plus de 200 000 gazouillis.

Les tweets proviennent d'une base de données publiée mercredi par le réseau américain NBC News (Nouvelle fenêtre). Ils ont été publiés de juillet 2014 à septembre 2017 et sont issus de 3814 faux comptes que Twitter estime liés à la Internet Research Agency (IRA, ou Agence de recherche sur Internet), une « usine à trolls » établie à Saint-Pétersbourg et réputée pour être très proche du Kremlin. Les 200 000 tweets représentent seulement une partie des gazouillis de ces comptes qu'il a été possible d'archiver pour une équipe d'experts.

Twitter a, depuis, supprimé ces comptes et informé quelque 700 000 abonnés américains qu'ils avaient peut-être consulté du matériel de propagande russe. Le réseau social a fourni cette liste de faux comptes au Congrès américain dans le contexte de son enquête sur la possible ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016.

Jusqu'ici, il avait toutefois été impossible de connaître la teneur de ces tweets. À l'aide d'une recherche par mots-clés dans cette base de données, nous pouvons déterminer que ces faux comptes ont relayé et amplifié de la désinformation visant les Canadiens.

Par exemple, au lendemain de l'attentat terroriste de la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2017, de nombreux faux comptes russes ont propagé la théorie, démentie, que le tueur était musulman.

Quelques tweets à propos de l'attentat publiés par des robots russes (traduits de l'anglais) :

- @Westwindwes : RT @TheFoundingSon : 2017 : Des musulmans ont tué des musulmans à Québec

- @thefoundingson : Un tireur a tué six personnes à une mosquée de Québec en criant « Allahu Akbar »

- @ryanmaxwell_1 : RT @ALilJaded4u2 : Québec : il est inquiétant de voir qu'une seule station de nouvelles au Canada dit que ce sont des musulmans, alors que les médias américains disent que ce sont des suprémacistes blancs

- @dorothiebell : RT @DeplorableTrain : Si le tueur de Québec est un réfugié syrien, regardez comment vite les médias ignoreront l'histoire et se mettront à publier de la propagande gauchiste

Le réseau de faux comptes a aussi relayé des messages critiques envers l'islam et l'immigration, ainsi qu'envers le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Quelques tweets critiques du gouvernement canadien (traduits de l'anglais) :

- @jeffreykahunas : Bonne chance au #Quebec et au #Canada, vous êtes fous d'accepter des #TueursMusulmans adeptes de la #ReligionDeLaMort! #Bruxelles

- @mil0blake : RT @AlwaysActions : Wow, Le premier ministre du #Canada : Justin Trudeau donne 43 000 $ aux réfugiés musulmans, alors que les aînées ne peuvent pas se payer le chauffage

- @garrettsimpson_ : #StopIslam Gardez le Canada blanc #TueursMusulmans

- @emileewaren : RT @Ottagonia : Trudeau annonce un financement de 200 M$ à l'Irak alors que 100 000 personnes ont perdu leurs maisons en Alberta et qu'il y a 3,8 millions de personnes au chômage au Canada

Certains tweets contenaient des images ou des vidéos qu'il a été impossible pour Radio-Canada de consulter, puisque ces pièces jointes n'ont pas été sauvegardées dans la banque de données.

La vaste majorité des 200 000 gazouillis sont des retweets, suggérant qu'il s'agit fort probablement d'un réseau automatisé qui relaie des tweets contenant certains mots-clés. Or, il est évident que le réseau est dirigé. Si de nombreux messages appellent au calme ou semblent approuver le premier ministre Trudeau, une proportion importante reflète des points de vue conspirationnistes et antigouvernementaux.

Comble de l'ironie, un de ces faux comptes a même relayé un tweet fustigeant les médias, qui relaieraient de fausses nouvelles.

- @leroylovesusa : RT @Amyloukingery : Le pape avertit les médias qu'il est un péché de propager de fausses nouvelles ou de salir des politiciens via @YahooCanada (8 décembre 2016)

Il a été impossible de trouver des gazouillis en français. En tout, 330 tweets contenaient les mots « Canada » (227 tweets), « Québec » (35 tweets) ou « Trudeau » (68 tweets), selon notre analyse. Ces gazouillis ne contiennent pas tous de la désinformation et ne visent pas tous des Canadiens. Certains d'entre eux mentionnent une nouvelle concernant le pays, par exemple. Puisqu'il s'agit fort probablement d'un réseau de robots automatisés animés par des mots-clés, d'autres tweets sont nettement plus anodins, mentionnant, entre autres, des émissions de télévision ou des équipes sportives au pays.

Ces tweets pourraient néanmoins ne représenter qu'une partie de la portée des comptes robots de ce type au Canada. La liste de comptes fournie par Twitter contient essentiellement de faux profils qui tweetaient à propos des États-Unis. Il se peut qu'il existe d'autres comptes créés spécifiquement pour cibler les Canadiens, mais qu'ils n'apparaissent pas dans cette base de données.

Le Centre de la sécurité des télécommunications du Canada s'inquiétait d'ailleurs précisément de ce type d'activité dans un rapport publié en juin 2017 (Nouvelle fenêtre). Dans celui-ci, on soulève la possibilité qu'un réseau de comptes Twitter automatisés étranger puisse servir à propager de la désinformation dans le but de déstabiliser une élection au Canada.

La possible ingérence russe sur les réseaux sociaux pendant la campagne présidentielle américaine de 2016 soulève des inquiétudes aux États-Unis. Hormis les réseaux de robots sur Twitter, la IRA aurait aussi acheté des publicités électorales sur Facebook qui avaient pour but d'attiser les tensions dans un climat politique hautement polarisé.

Fausses nouvelles

Techno