•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec fait de la ligne rose une de ses « priorités »

Après les trois phases proposées par Projet Montréal, la ligne rose se rendrait vers l'ouest jusqu'à Lachine. Photo: Projet Montréal
Radio-Canada

Dans un document qui détaille ses « priorités régionales », le gouvernement Couillard mentionne « la création d'une nouvelle ligne de métro ». Jamais Québec n'avait été aussi affirmatif concernant le projet de ligne rose de la mairesse de Montréal.

Un texte de Thomas Gerbet

Le document de 110 pages est l'un de ces nombreux rapports que le gouvernement publie mais que peu de gens lisent, sauf qu'ils renferment parfois des informations importantes qui passent inaperçues.

C'est le cas dans la Stratégie gouvernementale pour assurer l'occupation et la vitalité des territoires 2018-2022, dévoilée le 11 décembre 2017, après la fin de la session parlementaire.

Le gouvernement y dévoile ses priorités pour chacune des régions administratives du Québec, dont Montréal. À la priorité numéro 2, qui parle de transports collectifs et de mobilité, on trouve « la création d'une nouvelle ligne de métro » (voir l'extrait plus bas).

Les priorités des régions deviennent celles du gouvernement

Dans l'introduction du document, le premier ministre explique que son gouvernement a écouté les priorités des régions et qu'il les traduit dans cette stratégie. « À présent, ce sont donc les priorités de chacune de nos communautés qui alimenteront nos actions », écrit Philippe Couillard.

Plus loin dans le document, on peut lire que la « mise en oeuvre de cette stratégie [...] engage fermement les ministères et organismes du gouvernement, qui placeront les priorités régionales au coeur de leur action ».

Ça devient les priorités du gouvernement du Québec.

Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et ministre responsable de Montréal, lors d'une entrevue à Radio-Canada Rimouski, le 11 décembre 2017

Un plan d'action doit être élaboré dans les prochains mois pour chacune des priorités.

Extrait de la Stratégie gouvernementale pour assurer l'occupation et la vitalité des territoires 2018-2022Agrandir l’imageExtrait de la Stratégie gouvernementale pour assurer l'occupation et la vitalité des territoires 2018-2022 Photo : Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire

Cela veut-il dire que le gouvernement réalisera la ligne rose? Comme toute promesse, rien n'est garanti. « Nous devons nous adapter et regarder comment on peut répondre à ces priorités, précise l'attachée de presse du ministre Coiteux, Marie-Ève Pelletier. Et si jamais on n'y répond pas, il faudra expliquer aux régions pourquoi. »

Des indices

Des membres du gouvernement libéral ont semé plusieurs indices ces derniers mois qui laissaient entrevoir une certaine ouverture au projet de ligne rose du métro :

  • « Il y aura peut-être des nouvelles lignes [de métro] de différentes couleurs qui verront le jour, ici, à Montréal. », a déclaré le premier ministre, Philippe Couillard, en s'adressant à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, lors de la conférence de presse pour annoncer le Réseau express métropolitain, le 8 février dernier.
  • « Il ne faut absolument pas s'interdire d'imaginer le futur du transport collectif à Montréal », a déclaré le ministre Martin Coiteux, le 7 novembre 2017, lors d'une rencontre avec Valérie Plante.
  • « Si les citoyens ont choisi des maires dans chacune de ces villes qui mettent de l’avant des projets de transport en commun, c’est parce qu’ils souhaitent les voir mis en oeuvre », a dit le même jour le ministre des Transports, André Fortin.

Réactions

La mairesse Valérie Plante affichait un grand sourire, ce matin, au moment de réagir à cette mention du projet de ligne rose parmi les priorités du gouvernement. « C'est une excellente nouvelle, a-t-elle dit. Ça prouve que nos partenaires prennent la ligne rose autant au sérieux que nous. »

Réjouissance également du côté de l’Autorité régionale du transport métropolitain (ARTM). « C'est une très, très bonne nouvelle de voir l'importance qu'accordent les différents paliers de gouvernement au transport en commun », a réagi le chef de la direction, Planification des transports et mobilité à l'ARTM, Daniel Bergeron, au micro de l'émission Gravel le matin. Il précise que la Ville de Montréal doit préparer des études pour le projet de ligne rose et que l'ARTM devra les intégrer dans sa planification.

Le premier ministre Couillard doit participer à une présentation régionale de la Stratégie, cet après-midi, à Saint-Félicien, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Transport en commun

Société