•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raymond Cormier nie avoir tué Tina Fontaine dans un enregistrement audio

Un dessin du profil du visage d'un homme.

Raymond Cormier, accusé du meurtre non prémédité de Tina Fontaine, une adolescente de 15 ans, à l'été 2014.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des enregistrements audio où Raymond Cormier discute de Tina Fontaine avec un agent double de la police ont été entendus au 13e jour de son procès, à Winnipeg. Raymond Cormier est accusé du meurtre au deuxième degré de Tina Fontaine en août 2014.

Un texte de Denis-Michel Thibeault

Le tribunal a entendu des enregistrements audio obtenus grâce à des microphones cachés dans l'appartement de Raymond Cormier et à des microphones portés par des agents doubles qui ont parlé avec lui.

Plus de 10 000 extraits audio ont été acquis par les policiers dans le cadre de l'opération Styx entre juin et décembre 2015. À l'époque, Raymond Cormier habitait dans un appartement au 400, avenue Logan qui lui avait été fourni gratuitement et où les policiers avaient caché des microphones. Son voisin, qui a été présenté en cour était un agent double de la police.

Ce dernier a expliqué s'être lié d'amitié avec l'accusé en lui offrant de petits emplois et en lui adressant la parole dans le corridor de l'édifice dans le but de gagner sa confiance. Au total, 62 échanges ont été notés par les policiers.

Dans les enregistrements audio, Raymond Cormier discute du meurtre de Tina Fontaine, mais nie y avoir participé. Il dit avoir voulu une relation sexuelle avec l'adolescente lorsqu'il l'a rencontrée, mais avoir finalement décidé de ne pas aller de l'avant avec cette idée lorsqu'il a découvert son âge.

Il a aussi parlé à son voisin policier des incidents du 6 août 2014. Il lui a dit que la dispute du 22, avenue Carmen portait sur le fait qu'il avait volé le vélo de l'adolescente pour s'acheter de la marijuana.

Raymond Cormier a raconté à l'agent double qu'il regrettait les dernières paroles qu'il avait dites à Tina Fontaine qui se plaignait d'être sans abri : « Je lui ai dit : "Va te jeter en bas d'un pont, comme ça." »

Le policier a aussi témoigné que Raymond Cormier lui avait fait un clin d'oeil lorsqu'il lui a dit qu'il n'avait « peut-être ou peut-être pas été en possession d'un camion volé ».

Il a terminé en disant à l'agent double en parlant du camion volé : « Il y a trois règles dans le monde criminel : nier, nier et nier. »

D'autres enregistrements ont aussi été entendus dans l'après-midi. Plusieurs extraits où Raymond fait référence directement ou indirectement au meurtre de Tina Fontaine, aux évènements du 6 août ou encore au fait qu'elle n'avait que 15 ans et qu'il voulait avoir une relation sexuelle avec l'adolescente.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Manitoba

Procès et poursuites