•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade dans une école secondaire de Floride : 17 morts, le suspect arrêté

Les policiers dirigent les élèves et les parents sous un viaduc

Les élèves et les parents se sont réfugiés sous un viaduc de l'autoroute Sawgrass Expressway, juste au sud du campus, à la suite d'une fusillade à l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas, à Parkland, en Floride.

Photo : La Presse canadienne / Amy Beth Bennett

Radio-Canada

Un jeune homme a tué au moins 17 personnes mercredi dans une école secondaire du sud-est de la Floride. Le suspect, un ancien étudiant, a été placé en détention « après avoir commis cet acte abominable », a déclaré le shérif du comté de Broward, Scott Israel.

Le shérif a précisé que 12 victimes avaient été tuées dans l'école, que deux avaient perdu la vie juste à l'extérieur du bâtiment et qu'une était morte sur une route près du lieu de la tragédie. Deux autres personnes ont succombé à leurs blessures à l'hôpital.

La police rapporte qu'au moins 16 blessés, dont le suspect, ont été transportés à l'hôpital. Parmi les blessés, trois sont dans un état critique selon le docteur Evan Boyar, du centre médical Broward Health North.

En fin de soirée, les autorités n'avaient toujours pas réussi à identifier 5 des 12 victimes, parmi lesquelles se trouvent aussi bien des élèves que des enseignants.

M. Israel a ajouté que le suspect, un ex-élève de 19 ans, avait une arme à feu semi-automatique et plusieurs chargeurs en sa possession.

C'est vers 14 h 30, mercredi après-midi, qu'un jeune homme est entré dans l'école secondaire et a ouvert le feu.

Des policiers avec leurs armes bien visibles sont entrés dans l'école, alors que des dizaines de jeunes couraient vers l'extérieur. Les policiers faisaient signe aux élèves d'évacuer les lieux rapidement. Plusieurs élèves sont sortis en file indienne avec les mains dans les airs ou sur la nuque pour montrer qu'ils n'avaient pas d'armes.

Selon le sénateur de la Floride Bill Nelson, qui s'exprimait sur CNN, le tireur portait un masque à gaz et avait avec lui des grenades fumigènes. Il a déclenché une alarme d'incendie pour faire sortir les élèves des salles de classe et les attirer dans les couloirs. « Alors, le carnage a commencé », a déclaré le sénateur qui a été informé des détails de l'enquête par la police fédérale (le FBI).

« Nous pensions tous que c’était un exercice d’incendie parce que nous en avions déjà eu un aujourd’hui, alors personne n’était nerveux. Mais quand on a commencé à dire que c’était des coups de feu, tout le monde a commencé à courir », a expliqué un élève à sa sortie de l’école.

Dans cette capture d'écran fournie par WPLG-TV, des étudiants de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, évacuent l'école après une fusillade. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans cette capture d'écran fournie par WPLG-TV, des étudiants de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, évacuent l'école après une fusillade.

Photo : WPLG-TV par l'entremise d'Associated Press

Un adolescent à problèmes amateur d'armes

Le suspect était connu pour être un élève à problèmes au sein de l'école secondaire, selon plusieurs témoignages recueillis par les médias locaux.

« Il y a eu des problèmes quand il a menacé des étudiants l'année dernière et je pense qu'on lui a dit de quitter le campus », a déclaré au quotidien Miami Herald Jim Gard, un professeur de mathématiques qui avait eu l'élève dans sa classe.

Selon l'enseignant, la direction de l'école avait prévenu de ne pas accepter l'élève sur le campus s'il portait un sac à dos en raison de ces menaces proférées.

Un élève, interrogé sur les lieux de la fusillade par la chaîne locale WJXT, a affirmé que le passage à l'acte du suspect était prévisible.

« Honnêtement, beaucoup de gens disaient que ce serait lui », a indiqué l'élève que la chaîne n'a pas identifié.

« Tout le monde l'avait prédit », a-t-il ajouté, soulignant que le tireur connaissait bien les lieux et les procédures de sécurité en vigueur dans l’école secondaire en cas de coups de feu.

« Il était au deuxième étage, il connaît la disposition des classes, il savait où seraient les élèves », a-t-il expliqué.

Des parents et des proches tentent de se consoler.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les parents devaient attendre leur enfant dans un hôtel à Coral Springs près du lieu de la tragédie.

Photo : La Presse canadienne / Jim Rassol

Les condoléances du président

Le président américain, Donald Trump, a rapidement été mis au courant de la situation en Floride et a annoncé sur Twitter qu'il était en contact direct avec les autorités sur le terrain.

Il a aussi tenu à offrir ses condoléances aux familles des victimes.

« Mes prières et mes condoléances aux familles des victimes de la terrible fusillade en Floride. Aucun enfant, enseignant ou autre ne devrait avoir à se sentir en danger dans une école américaine », a-t-il affirmé dans un autre message Twitter.

Dans cette capture d'écran fournie par WPLG-TV, le personnel d'urgence évacue une personne blessée de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas à Parkland, en Floride.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans cette capture d'écran fournie par WPLG-TV, le personnel d'urgence évacue une personne blessée de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas à Parkland, en Floride.

Photo : WPLG-TV par l'entremise d'Associated Press

Il s'agit de la 18e fusillade depuis le début de l'année aux États-Unis et la plus meurtrière en milieu scolaire depuis celle de Newtown au Connecticut en 2012, où un homme a tué sa mère, puis 20 enfants et 6 adultes avant de s'enlever la vie à l'école élémentaire Sandy Hook.

Parkland est une petite municipalité d’un peu plus de 20 000 habitants à 70 km au nord de Miami. Selon les données les plus récentes du Centre national des statistiques en éducation des États-Unis, l’école secondaire Marjory Stoneman Douglas accueillait un peu plus de 3000 élèves en 2015-2016.

Avec les informations de CNN, Reuters, et Agence France-Presse

International