•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cryptomonnaies : révolution ou arnaque?

Des bitcoins sont déposés sur des billets de 100 dollars américains.

Le bitcoin a vu sa valeur multipliée par 20 en 2017.

Photo : Getty Images / tomch

Gérald Fillion

ANALYSE - Il est sain de se méfier des cryptomonnaies, mais il est intelligent de s'y intéresser et de tenter de comprendre les forces et les faiblesses, les risques et les occasions qui sont associés au bitcoin et à ses nombreuses amies cryptomonnaies. Il est clair que les monnaies virtuelles ont un rôle à jouer dans l'économie mondiale et il est difficile d'imaginer qu'on peut les faire disparaître. Révolution ou arnaque?

À la base des cryptomonnaies, il y a une volonté affichée et affirmée d’échanger et de conclure des transactions à l’écart du système financier actuel, qui est contrôlé et centralisé. Il n’y a pas de banque centrale qui chapeaute les cryptomonnaies, il n’y a pas de régulateur comme l’Autorité des marchés financiers qui encadre les transactions sur les cryptomonnaies. Le système s’appuie sur ses utilisateurs. C’est là que s’établit la confiance.

Le processus de validation des transactions effectuées en bitcoins, par exemple, est complexe. Dans la vie, si vous achetez un bien sur Amazon ou sur eBay, une institution financière, comme Desjardins ou la RBC, va s’assurer que vous avez l’argent ou le crédit nécessaire pour procéder à la transaction. L’intermédiaire, c’est la banque. C’est le tiers de confiance.

Mais, dans le cas d’une transaction en bitcoins, « c’est le système lui-même qui vérifie l’échange », écrit Laurent Leloup dans le livre Blockchain : la deuxième révolution numérique. C’est par la technologie blockchain (chaîne de blocs) que la transaction est effectuée, un cadre où les participants répondent à des équations mathématiques pour confirmer la validité de la transaction.

Vous comprenez? Au lieu qu'Amazon ou la Scotia vérifie votre transaction, elle est plutôt reconnue par d’autres détenteurs de bitcoins. Dans le langage des cryptomonnaies, cette opération de vérification, c’est ce qu’on appelle le minage. Ces gens décryptent des données, ils doivent résoudre des calculs mathématiques qui vont prouver l’authenticité de la transaction.

Un registre public confirme l’existence de la transaction, au vu et au su de tous, et c’est pour ça que les adeptes de cette technologie affirment qu’elle est transparente.

« Les transactions sont cryptées, anonymes, sécurisées, inviolables, écrit Laurent Leloup, et leur historique est encrypté dans les chaînes de blocs réparties entre toutes les machines sans qu’aucun serveur n’ait à les collecter, les stocker, les centraliser et les redistribuer. C’est une technologie parfaitement horizontale où les transactions ne sont plus validées par une instance extérieure, mais par un consensus direct entre pairs. »

Pratiques illégales et spéculation

Toutefois, les acheteurs et les vendeurs demeurent anonymes. Et c’est ici que se trouve peut-être la faiblesse de la technologie : on rapporte que de nombreuses transactions auraient été effectuées pour faire du blanchiment d’argent, que la technologie attire particulièrement les trafiquants illégaux qui représenteraient le quart des détenteurs de bitcoins. Chaque année, on réaliserait plus de 70 milliards de dollars américains d'activités illégales au moyen du bitcoin.

Maintenant, au-delà de la technologie, de ses avantages et de ses risques, une exceptionnelle frénésie spéculative s’est engagée au cours de la dernière année sur les cryptomonnaies, à commencer par le bitcoin.

La valeur du bitcoin a grimpé d'environ 1300 % en 2017, passant de 1000 $ à 20 000 $ à son sommet atteint durant le mois de décembre. Des experts ont comparé l’envolée du bitcoin à la crise spéculative des tulipes aux Pays-Bas au cours du XVIIe siècle, crise au cours de laquelle la crainte de manquer de bulbes de tulipes a entraîné un effondrement des prix.

Depuis 2010, le bitcoin a connu trois corrections de plus de 70 %, mais, à chaque occasion, il a regagné le terrain perdu.

L’investisseur Warren Buffett et le grand patron de la Banque des règlements internationaux, la banque centrale des banques centrales, affirment que ça va mal finir, que nous sommes dans une bulle spéculative, voire une chaîne de Ponzi. Ont-ils raison? Leurs craintes sont-elles fondées? Ou est-ce qu’ils ne comprennent tout simplement pas la « révolution » en cours?

Nervosité partout dans le monde

Plusieurs pays souhaitent encadrer davantage les cryptomonnaies. La Corée du Sud a laissé entendre que les négociations en monnaies virtuelles pourraient être interdites. La Chine pourrait interdire le minage de bitcoins en raison de la consommation importante d’énergie nécessaire pour valider les transactions et créer de nouveaux bitcoins.

Le Venezuela menace d’envoyer en prison les mineurs de bitcoins. En Équateur, le pays refuse d’accepter que des transactions soient effectuées avec des bitcoins. Le Maroc interdit ces transactions et l’Inde pourrait les restreindre.

D’autres pays sont plus ouverts aux monnaies virtuelles : le Japon fait partie des leaders mondiaux dans le développement des cryptomonnaies, le Danemark veut se libérer de toutes monnaies matérielles, les Pays-Bas ont une ambassade du Bitcoin à Amsterdam.

Le Québec s’intéresse aux cryptomonnaies en raison de la faiblesse des coûts de l’énergie. La création de vastes centres de minage pourrait permettre à Hydro-Québec d’écouler un peu de ses surplus énergétiques.

Il est temps de faire une émission spéciale sur le sujet et c’est ce qu’on vous propose le jeudi 15 février à 18 h, heure normale de l’Est, sur les ondes d’ICI RDI. Une heure sur le bitcoin et les cryptomonnaies à RDI économie avec plusieurs invités. Nous allons expliquer les cryptomonnaies, nous allons parler des risques (fraudes, bulle, pertes possibles), nous allons vous montrer comment en acheter et nous allons demander à nos experts si les cryptomonnaies peuvent remplacer les devises traditionnelles.

Cryptomonnaies

Économie