•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recyclage : Le Phare doit s'adapter à la nouvelle réglementation de la Chine

Un employé classe des boites de carton

Le Phare trie les matières recyclables de Sept-Îles et de Port-Cartier.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Le centre de tri Le Phare à Port-Cartier n'exporte plus de matières recyclées vers la Chine depuis l'entrée en vigueur, au début de 2018, de la nouvelle limite de 1 % de contaminants dans le papier journal recyclé.

Un texte de Laurence Royer

Le centre de tri Le Phare exportait les trois quarts de ses matières recyclées en Chine, soit un peu plus de 5 000 tonnes annuellement.

Mais depuis le 31 décembre, la Chine a cessé d’accepter tout plastique ou papier venant de l’étranger pour des raisons environnementales.

Le directeur général de l'organisme de réinsertion sociale, Éric Aubin, a dû s'adapter à cette nouvelle réalité.

Maintenant, on a besoin d'une qualité qui est beaucoup plus importante que ce qu'on avait avant.

Éric Aubin, directeur général du centre de tri Le Phare

Le Phare vend maintenant ses matières recyclées au Québec, ce qui rapporte moins de profits à l'entreprise.

De plus, pour répondre au standard de qualité exigé par les acheteurs de papier recyclé, Éric Aubin a dû modifier sa méthode de tri et embaucher davantage de personnel.

« On [offre un produit de] meilleure qualité, mais on reçoit un prix qui est plus bas que ce qu’on avait avant [en exportant en Chine], déplore-t-il. On a plus de monde à payer, le prix de production pour nous est plus élevé, mais le montant qui nous revient est plus bas. »

Des employés trient les matières recyclables.

Près de 75 employés travaillent au centre de tri Le Phare.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Mécanisation du tri

Éric Aubin estime que la mécanisation du tri serait une solution à cette baisse de profit en plus d’alléger le rythme de travail exigé aux employés par les nouveaux standards de qualité.

On a été capable de pourvoir plus de postes. À court terme, c’est l’idéal. On est capable de se garder la tête hors de l’eau. À moyen terme, on devra se tourner vers la mécanisation.

Éric Aubin, directeur général du centre de tri Le Phare
Éric Aubin est le directeur général du centre de tri Le Phare.

Éric Aubin est le directeur général du centre de tri Le Phare.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Pour mécaniser les opérations du Phare, Éric Aubin comptera notamment sur l’investissement annoncé par Québec pour aider les centres de tri de la province à se moderniser.

Il indique que son centre pourrait profiter d’une somme allant jusqu’à 500 000 $. Avec ce montant, il projette notamment d'acheter un séparateur à carton et un tamis de finition qui permettraient d’améliorer la qualité du tri et d’augmenter le volume de production du Phare.

Des ventes difficiles

Contrairement aux acheteurs chinois, les entreprises québécoises refusent d’acheter le papier recyclé si la qualité de celui-ci ne leur convient pas, indique Éric Aubin. Dans ce contexte, Le Phare pourrait se retrouver avec un surplus de matières qui risque de se retrouver dans des sites d’enfouissement.

Le Phare trie les matières recyclables en plusieurs catégories.

Le Phare trie les matières recyclables en plusieurs catégories.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Selon le directeur général du Phare, les initiatives régionales écologiques permettraient d'offrir une deuxième vie aux matières résiduelles.

En raison du coût élevé du transport des matières recyclables de la Côte-Nord vers les grands centres, Éric Aubin souhaite que des entrepreneurs de la région achètent les déchets triés au Phare.

Selon moi, tout va venir de l'économie circulaire. C'est-à-dire de prendre les rejets de certains et d'être capable d'en faire une matière première et peut-être d'être capable de s'en servir plus régionalement.

Éric Aubin, directeur général du centre de tri Le Phare

Éric Aubin ajoute que la diminution de sa production de matières résiduelles est une autre des solutions à la baisse des exportations de matières recyclées.

Côte-Nord

Recyclage