•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pompiers de Calgary plongés dans la peau de personnes atteintes de démence

Des pompiers tentent de mettre une ceinture à un pantalon avec des gants de latex et des lunettes qui occultent leur vision.
Des pompiers de Calgary participent à un exercice de simulation pour comprendre comment des aînés atteints de démence se sentent au quotidien. Photo: Radio-Canada / Tiphanie Roquette
Radio-Canada

Une vingtaine de pompiers de la métropole albertaine suivent une formation pour mieux comprendre les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et d'autres démences. Le but est de créer des quartiers plus sécuritaires pour ces malades afin qu'ils puissent rester le plus longtemps possible chez eux.

Un texte de Tiphanie Roquette

Les pompiers assistent d’abord à une présentation orale sur les différentes démences et leurs symptômes. Ils se soumettent ensuite à un exercice de simulation comme s’ils étaient des aînés atteints de démence.

Le pompier Mike Norris tente de verser de l'eau dans un verre avec des gants de latex et des lunettes qui réduisent sa vision. Le pompier Mike Norris tente de verser de l'eau dans un verre avec des gants de latex et des lunettes qui réduisent sa vision. Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Des gestes du quotidien difficiles

Affublés de gants de latex aux doigts noués et de lunettes qui restreignent leur vision, ils doivent reproduire des tâches simples comme attacher une ceinture à un pantalon et se verser un verre d’eau. Les gants simulent l’arthrite dont souffrent de nombreux aînés, les lunettes ajoutent à la confusion et des paquets de lentilles glissés dans leurs chaussures les déséquilibrent.

De simples tâches deviennent très difficiles.

Greg Ferguson, pompier de Calgary

« Cela nous fait réaliser à quel point les personnes atteintes de démence sont vulnérables dans notre communauté. Cet exercice nous fait comprendre les problèmes de mobilité et de sensibilité à l’environnement pour adapter nos soins », affirme le lieutenant Keith Clements.

Tim Kelly tente de mettre des crayons dans un sac de plastique. Le pompier Tim Kelly constate à quel point des tâches du quotidien sont difficiles quand le corps est affaibli par une maladie. Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Plus d’un demi-million de Canadiens souffrent de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence, selon la société Alzheimer du Canada. Ce nombre doit augmenter de deux tiers d’ici 2031.

Désamorcer des situations émotionnelles

Selon Derek Arthurs, un agent de sécurité communautaire du service de lutte contre les incendies de Calgary, les pompiers font quotidiennement face à des situations concernant des personnes atteintes de démence, que ce soit pour des médicaments oubliés, des cuisinières laissées allumées ou des personnes perdues dans la rue.

Derek Arthurs sourit devant une table. L'agent de sécurité communautaire Derek Arthurs montre quelques-uns des équipements utilisés pour simuler les effets d'une démence sur le corps. Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Leur formation médicale de base ne couvre cependant pas la réponse aux particularités des situations où la démence est présente.

« Souvent, quand les pompiers interviennent dans ce genre de situation, les personnes sont très émotives, frustrées et confuses. Nous leur apprenons à être proactifs, à désamorcer la situation et les meilleures manières d’approcher les personnes atteintes de démence et leurs proches », explique Derek Arthurs, qui assure la formation.

Créer des quartiers sensibles aux démences

Le module de formation a été créé par la fondation Brenda Strafford. En plus des pompiers de cette station du sud-ouest de Calgary, l’organisme forme aussi des commerces, des écoles et des bénévoles du quartier Westhills.

Navjot Virk sourit devant un camion de pompiers. La gestionnaire de projets à la fondation Brenda Strafford, Navjot Virk Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Le projet pilote de deux ans et demi vise à établir une communauté sensible aux personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. « Nous tentons de réduire la stigmatisation associée [à ces maladies] et de créer un réseau de ressources pour que les malades se sentent en sécurité dans leur quartier », explique la gestionnaire du projet à la fondation Brenda Strafford, Navjot Virk.

La fondation espère qu’au bout de deux ans et demi le projet fera des petits un peu partout en Alberta.

Les 1200 pompiers de Calgary recevront aussi une formation en ligne mise en place par la Société Alzheimer Canada.

Alberta

Alzheimer